Boire & manger

Le premier restaurant «zéro déchet» du Royaume-Uni va bientôt ouvrir

Repéré par Lucie de la Héronnière, mis à jour le 01.10.2014 à 14 h 35

Repéré sur The Guardian, The Telegraph, Silo Brighton

Compost sign/ Kirsty Hall via Flickr CCLicence By

Compost sign/ Kirsty Hall via Flickr CCLicence By

Silo va ouvrir le 6 octobre à Brighton. Ce sera le premier restaurant garanti «zéro déchet» du Royaume-Uni. Le chef, Douglas McMaster, fabrique son vinaigre, ses yaourts, sa propre farine pour le pain ou encore brasse son alcool au sous-sol, raconte The Guardian.

Les ingrédients sont livrés dans des contenants réutilisables, achetés directement à des agriculteurs principalement locaux, sans intermédiaire: le chef veut s’assurer que les produits sont cultivés de façon durable, sans gaspillage. Il va aussi recycler tous les déchets alimentaires: il a investi dans une machine à compost bien particulière pour les traiter. 

Les assiettes sont fabriquées avec des sacs en plastique recyclés, et les boissons servies dans des pots de confiture recyclés. Les tickets de caisse seront envoyés par mail aux clients pour ne pas gaspiller du papier. Et pour plus de cohérence, il y aura bientôt des panneaux solaires, et les eaux usées dans la cuisine seront utilisées pour les chasses d’eau.

Et qu’est-ce qu’on y mange? Par exemple du «risotto au riz complet, aux pleurotes et au lait caillé de brebis», des «brocolis violets, pommes de terre vitelottes, câpres et échalottes», ou du «poulet rôti au pesto de noix, sarrasin et navets». En tout, on aura le choix chaque jour entre six plats principaux –jamais plus pour justement limiter le gaspillage–, dont un avec de la viande, un autre avec du poisson, un végétalien et des végétariens. 

Douglas McMaster, le jeune créateur des lieux, veut «défier le système alimentaire mondial, ainsi que notre culture alimentaire moderne élitiste», rapporte The Guardian:

«Les infrastructures de ce système alimentaire industrialisé sont si puissantes aujourd’hui qu’il est difficile de changer les choses. (…) Et ça affecte tout, la santé de la planète, la santé des gens, la santé de l’économie. Il s’agit d’une prise de conscience.»

Le site de Silo parle même de création d'un «système alimentaire pré-industriel». Pour le chef, la «simplification de la nourriture» est la clé:

«Les gens regardent des trucs à la télé, et ont l’attitude selon laquelle tout doit être parfait. Ça ne laisse pas beaucoup de place à l’expérimentation, à la liberté… Cela met des chaînes, c’est cette perception idéologique de la nourriture qui affecte complètement le système alimentaire… Ce n'est absolument pas durable.»

Il existe d’autres restaurants de ce genre comme par exemple Sandwich Me In, à Chicago, qui recycle 99,999% des déchets du restaurant (en deux ans, ce 0,001% a représenté l’équivalent de 30 litres de déchets) ou Brothl à Melbourne. Une société australienne commercialise une machine performante pour transformer tous les déchets alimentaires en compost concentré, qui sert ensuite à nourrir les sols. Les chefs René Redzepi ou Alex Atala l’ont adoptée… En Australie, 60 cafés et restaurants utilisent déjà cette technologie. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte