Sciences

Toujours plus près de la cape d'invisibilité

Temps de lecture : 2 min

La cape d'invisibilité est tendance dans les laboratoires. Qu'elle soit recréée par un film contenant de «minuscules structures [capables] de manipuler la lumière», comme dans cette expérience en 2010, par agencement de miroirs et de lumière (en 2013) ou par imitation du caméléon (en 2014), les scientifiques ne se lassent pas de cet accessoire permettant de dérober la réalité au visage du monde. Par amour d'Harry Potter, ou peut-être parce qu'un dispositif d'invisibilité est tout de même bien pratique.

Cette fois-ci, c'est Joseph Choi et John Howell de l'université de Rochester, aux Etats-Unis, qui nous apportent la dernière invention de ce goût-là, dont les résultats viennent d'être soumis au journal Optics Express, et publié sur ArXiv, site de publications scientifiques.

Pour recréer l'invisibilité, ces deux chercheurs se sont penchés sur l'optique: ils ont trouvé «une manière d'arranger quatre lentilles afin qu'elles agissent comme une cape d'invisibilité qui peut être vue de plusieurs angles» différents, rapporte le site I Fucking Love Science.

Démonstration du dispositif des chercheurs de l'université de Rochester.

«C'est le premier dispositif de notre connaissance qui permet une invisibilité tridimensionnelle et multidirectionnelle, et qui fonctionne en transmettant des rayons dans le spectre visible», à en croire Joseph Choi, cité dans un communiqué publié sur le site de son université.

Cet appareillage pourrait selon lui trouver une application dans le domaine de la médecine, en aidant par exemple les chirurgiens à «voir au travers de leurs mains ce sur quoi ils travaillent», rapporte le Time. Le site ajoute que le dispositif pourrait aussi servir «aux conducteurs de voir leurs véhicules dans le point mort».

Néanmoins, il n'est pas encore parfait, note le communiqué de presse:

«Cette cape tord la lumière et l'envoie au travers du centre du dispositif, de telle façon que la zone de l'axe ne peut être bloquée ou masquée.»

Slate.fr

Newsletters

Pour résister à la chaleur des villes, les escargots ont des coquilles plus claires

Pour résister à la chaleur des villes, les escargots ont des coquilles plus claires

Une étude montre que les escargots n'ont pas la même couleur selon qu'ils vivent dans des milieux urbains ou naturels.

Savoir rouler sa langue, un des principaux mythes sur la génétique

Savoir rouler sa langue, un des principaux mythes sur la génétique

Il pourrait y avoir des points communs avec la capacité de faire bouger ses oreilles.

«First Man»: la fiction à l’épreuve des faits

«First Man»: la fiction à l’épreuve des faits

Nous avons mené l’enquête.

Newsletters