Boire & manger

Les Américains en ont marre des menus beaucoup trop longs au restaurant

Repéré par Lucie de la Héronnière, mis à jour le 30.09.2014 à 12 h 22

Repéré sur The Washington Post

Brunch Menu/ Basheer Tome via Flickr CCLicence By

Brunch Menu/ Basheer Tome via Flickr CCLicence By

Avant, les opulents menus longs comme un bras, avec des dizaines et des dizaines de propositions, étaient à la mode aux Etats-Unis. Mais, selon le Washington Post, les Américains en ont marre, et les restaurants s’adaptent petit à petit (et en profitent par la même occasion pour bien communiquer sur le fait que moins de plats, ça signifie une meilleure qualité).

Dans l’ensemble du secteur, la taille moyenne du menu est ainsi passée cette année à 92,6 items, après avoir atteint un pic de presque 100 propositions en 2008, selon les données de Datassential Menu Trends. 93 propositions, cela reste quand même énorme, même si le chiffre est une moyenne prenant en compte les chaînes de fast-food…

La tendance est plus claire dans les établissements récemment ouverts, dont les menus ont en moyenne 59,4 items (ce qui reste aussi considérable: 20 entrées, 20 plats, 20 desserts!). D’après Technomic, les 500 plus grosses chaînes de restauration ont cette année réduit de 7% la liste des plats proposés.

Le Washington Post précise que diminuer la taille des menus diminue les coûts pour les restaurants, et évite également le gaspillage. Mais cet élan vers les menus plus courts «est probablement lié à un changement dans la culture alimentaire du pays: les Américains deviennent plus raffinés dans leurs goûts».

Maeve Webster, de Datassential explique ainsi:

«Historiquement, la taille des menus a augmenté significativement, parce qu’il n’y avait pas la culture alimentaire que l’on a aujourd’hui. (…) Les gens n’étaient presque pas concentrés sur la nourriture, ou prêts à sortir des sentiers battus pour manger des nourritures particulières.»

Du coup, on choisissait un restaurant parce qu’il était proche et surtout pratique, pas pour répondre à une envie spécifique de plats fraîchement cuisinés. Mais petit à petit, les consommateurs privilégient la qualité à la quantité de choix, préfèrent les produits frais, s'intéressent à des cuisines spécialisées ou exotiques.

Toujours selon Webster, «la montée de la culture alimentaire, grâce à laquelle les consommateurs sont à la fois intéressés et prêts à aller dans le restaurant qui a le meilleur Banh Mi, ou le meilleur burger, ou le meilleur plat à la mode, signifie que les restaurateurs peuvent maintenant créer des menus plus ciblés. (…) Cela signifie aussi que plus le menu sera long, plus les consommateurs vont s’inquiéter». 

Pour le Washington Post, cette tendance va se poursuivre aux Etats-Unis, en lien avec d’autres tendances comme l’augmentation des food trucks, des restaurants «pop-up» ou mono-produits et des menus dégustation, qui par définition sont tous incompatibles avec de très longues listes de plats. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte