Culture

Comment Hitchcock utilisait les yeux pour terrifier le public [SUPERCUT]

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran de la vidéo de Kagonada

L'un des meilleurs auteurs d'essais vidéo en ce moment, Kogonada, est spécialisé dans l'exploration des tics stylistiques des réalisateurs –les plans symétriques de Wes Anderson, la façon dont Darren Aronofsky utilise le son, les perspectives à un point de fuite de Kubrick. Son dernier en date pour la Criterion Collection, est une brève mais fascinante exploration de l'obsession d'Alfred Hitchcock pour les yeux.

A l'instar de la plupart du travail de Kogonada, cette vidéo expose la méthode derrière la folie: la technique formelle, la rigueur d'Hitchcock sont bien connus, mais ici nous voyons à quel point il utilisait avec agilité les yeux des acteurs pour exprimer ce que la caméra ne pouvait pas. Il se servait de ces gros plans comme d'un raccourci, les yeux servant de larges et intenses réservoirs d'émotions dans lesquels le public plonge instantanément.

Sharan Shetty

Newsletters

Dans «Game of Thrones», les femmes n'ont que 25% de temps de parole

Dans «Game of Thrones», les femmes n'ont que 25% de temps de parole

La dernière saison est l'une des plus mauvaises en ce qui concerne la répartition des dialogues.

Sex toys, consentement, contraception... La sexualité très encadrée des femmes au Moyen Âge

Sex toys, consentement, contraception... La sexualité très encadrée des femmes au Moyen Âge

Le clergé édictait les normes qui régissaient la sexualité féminine de manière précise.

«Once Upon a Time… in Hollywood», il était plusieurs fois le cinéma du cinéma

«Once Upon a Time… in Hollywood», il était plusieurs fois le cinéma du cinéma

Très –trop?– attendu, le film de Quentin Tarantino joue avec les références du cinéma de genre, la légende de Hollywood et la mémoire d'un fait divers tragique.

Newsletters