Culture

Comment Hitchcock utilisait les yeux pour terrifier le public [SUPERCUT]

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran de la vidéo de Kagonada

L'un des meilleurs auteurs d'essais vidéo en ce moment, Kogonada, est spécialisé dans l'exploration des tics stylistiques des réalisateurs –les plans symétriques de Wes Anderson, la façon dont Darren Aronofsky utilise le son, les perspectives à un point de fuite de Kubrick. Son dernier en date pour la Criterion Collection, est une brève mais fascinante exploration de l'obsession d'Alfred Hitchcock pour les yeux.

A l'instar de la plupart du travail de Kogonada, cette vidéo expose la méthode derrière la folie: la technique formelle, la rigueur d'Hitchcock sont bien connus, mais ici nous voyons à quel point il utilisait avec agilité les yeux des acteurs pour exprimer ce que la caméra ne pouvait pas. Il se servait de ces gros plans comme d'un raccourci, les yeux servant de larges et intenses réservoirs d'émotions dans lesquels le public plonge instantanément.

Newsletters

Festival de Cannes, jour 4: «Frère et sœur», le bruit et la fureur du vivant

Festival de Cannes, jour 4: «Frère et sœur», le bruit et la fureur du vivant

Le nouveau film d'Arnaud Desplechin est un vertigineux et bouleversant affrontement entre Alice et Louis, qui se haïssent d'amour.

«Ébouriffant·e·s», la BD d'anticipation dont les poils sont les héros

«Ébouriffant·e·s», la BD d'anticipation dont les poils sont les héros

Adeline Rapon et Émilie Gleason imaginent un futur proche dans lequel le poil est si libre qu'on ouvre des salons dans lesquels il est sublimé au lieu d'être ratiboisé.

Festival de Cannes, jour 3: fulgurante plongée dans le labyrinthe des années de plomb

Festival de Cannes, jour 3: fulgurante plongée dans le labyrinthe des années de plomb

Présenté comme une série, «Esterno Notte», de Marco Bellocchio, est un immense film sur les multiples formes de la folie en politique, déployant les ramifications de l'affaire Aldo Moro.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio