Tech & internet

Le doodle de Google en hommage à Google, où quand Internet devient une boucle autoréférentielle

Temps de lecture : 2 min

Ce samedi 27 septembre 2014, Google s'autocite: le moteur de recherche a en effet consacré un doodle, une de ses pages-hommage, à... lui-même, pour célébrer les seize ans de son lancement, le 27 septembre 1998.

Habituellement, le principe d'un doodle est que, quand l'internaute clique dessus, cela l'amène automatiquement sur la recherche Google correspondante, lui permettant d'en apprendre plus sur les personnalités ou phénomènes que le moteur de recherche souhaite mettre en avant (pour ne prendre que ceux du mois de septembre, on a eu droit à Léon Tolstoï, L'Île aux enfants, la rentrée scolaire ou l'arrivée de l'automne).

Dans le cas présent, on arrive donc à la situation un peu absurde ou Google nous présente les résultats de recherche sur le terme Google, phénomène de boucle bien connu sous l'expression «taper Google dans Google». À la différence près que, là où un Google doodle est habituellement un gros pourvoyeur de trafic pour Wikipédia (qui figure quasi-systématiquement en première position des personnalités ou des phénomènes «hommagés), là, ce sont les services du moteur de recherche qui ressortent en première position. L'internaute un peu limité qui cliquera sur le premier résultat hors Google News aura le plaisir d'être ramené à la page d'accueil du moteur... où il pourra recliquer sur le doodle.

Comme l'expliquait en février 2013 notre chroniqueur Vincent Glad, les doodles de Google, en dehors de leur «place de choix dans la culture Internet», ont aussi une fonction très courue pour les sites d'information, qui est de servir de «piège à clics»: consacrer un article à la personnalité ou l'évènement mis en avant par le doodle, s'est se donner une chance d'apparaître bien placé dans les résultats de Google News, bond d'audience à la clef. Une tentation à laquelle cède, d'une certaine façon, l'article que vous venez de lire –il n'y a pas que Google qui peut jouer au jeu de l'autoréférence, nous aussi.

Newsletters

Pouvons-nous forcer l'univers à s'effondrer?

Pouvons-nous forcer l'univers à s'effondrer?

Si nous vivons tous et toutes dans un monde virtuel, ce serait un bon moyen –quoique risqué– de le découvrir à coup sûr.

Tinder coûte plus cher aux hommes hétéros de plus de 50 ans

Tinder coûte plus cher aux hommes hétéros de plus de 50 ans

Une enquête de consommation australienne révèle que selon leur âge, leur localisation ou leur orientation sexuelle, les inscrit·es ne paient pas le même prix sur l'app de rencontres.

Pendant le confinement, les Britanniques ont passé 40% de leur temps éveillé devant un écran

Pendant le confinement, les Britanniques ont passé 40% de leur temps éveillé devant un écran

Outre-Manche, 12 millions de personnes se sont inscrites à un service de streaming dans les premiers mois de la pandémie.

Newsletters