Slatissime

Vladimir Poutine sur les podiums de la Fashion Week de Paris

Temps de lecture : 2 min

Photo: Talbot Runhof.
Photo: Talbot Runhof.

Bien que la maison de couture allemande Talbot Runhof fasse désormais partie du calendrier «off» de la semaine de la mode à Paris, le défilé de sa collection prêt-à-porter printemps-été 2015 n'est certainement pas passé inaperçu cette semaine. La marque munichoise a en effet présenté une collection de T-shirts floqués de portraits de Vladimir Poutine, indique Stylebook, un site d'info dédié à la mode et aux derniers potins people édité par les éditions allemandes Axel Springer (Bild, Die Welt). Les photos du défilé sont ici.

Le président russe y est représenté à chaque fois dans le décor d'une ville célèbre, sous un slogan qui invite à visiter chacun de ces endroits avant que Vladimir Poutine ne s'y soit rendu lui-même. On peut le voir par exemple coiffé de la tour Eiffel, le visage zébré d'un ruban, pastichant une célèbre publicité des Galeries Lafayettes, à ceci prêt que ledit ruban n'est pas bleu blanc rouge mais blanc bleu rouge, selon l'ordre des couleurs du drapeau russe, et surmonté de l'injonction: «VISIT PARIS... before he does!» («Visitez Paris avant qu'il ne le fasse»). Un autre T-shirt sur lequel le chef d'État russe est représenté à New York ne laisse pas de doute sur les intentions que le duo de couturiers Johnny Talbot et Adrian Runhof lui prêtent: il y est représenté torse nu, s'emparant d'une main de l'Empire State Building, façon King Kong, et agitant de l'autre le drapeau russe.

Comme l'explique sans détour Adrian Runhof à Stylebook, cette ligne de T-shirts au message politique teinté d'humour fait ouvertement référence à l'annexion éclair de la Crimée par le président russe et à ses prétentions expansionnistes:

«Poutine est un dangereux et glacial petit gosse habité de la folie des grandeurs. Les gens comme lui font sombrer l'humanité toute entière dans le malheur. C'est incroyable de manigancer un conflit à partir de rien.»

Les créateurs allemands ont d'ailleurs eu l'idée de cette ligne de T-shirts lors d'un voyage à Moscou, en se promenant dans les allées du Koum, une superbe galerie commerciale construite au XIXe qui est aujourd'hui le temple du luxe en Russie, comme Johnny Talbot le confie au magazine de mode américain de référence Women' Wear Daily. Le duo s'est retrouvé face à une série de T-shirts imprimés d'un motif façon carte postale représentant Vladimir Poutine vêtu d'une chemise hawaïenne, un cocktail à la main, avec pour message «Greetings from Crimea» («Salutations de Crimée»):

«Nous avons pensé que le fait que certaines personnes les achètent et les portent avec fierté était une affirmation vestimentaire intéressante, et nous avons eu l'idée d'utiliser notre jolie petite collection sporty comme une forme de protestation.»

Les vêtements de la marque allemande étant vendus dans le monde entier, les deux créateurs espèrent bien que leurs modèles feront aussi un malheur en Russie.

Slate.fr

Newsletters

L’important n’est pas de vivre les choses, c’est de savoir les débriefer

L’important n’est pas de vivre les choses, c’est de savoir les débriefer

Nos quatre options pour sublimer la banalité de votre quotidien et captiver votre auditoire.

Pourquoi s’enfoncer des choses bizarres dans l’anus?

Pourquoi s’enfoncer des choses bizarres dans l’anus?

Une cloche, un verre à pied, un smartphone… ces objets ont un point commun: ils se retrouvent régulièrement perdus au fin fond des canaux rectaux.

Notre petite voix intérieure, cette amie bavarde capable du meilleur comme du pire

Notre petite voix intérieure, cette amie bavarde capable du meilleur comme du pire

Qui est cette personne qui me casse non-stop les oreilles? Ah ben c’est moi.

Newsletters