Boire & mangerDouble X

Les restaurants spécialisés dans les serveuses sexy font fureur aux Etats-Unis

Repéré par Claire Levenson, mis à jour le 27.09.2014 à 9 h 45

Repéré sur Business Week, Las Vegas Weekly

Une publicité pour un restaurant Twin Peaks.

Une publicité pour un restaurant Twin Peaks.

Dans le secteur de la restauration aux Etats-Unis, un secteur se porte particulièrement bien: les chaînes de restaurants qui servent des burgers et des bières avec, en bonus, des serveuses en décolleté et mini-short.

Dans le milieu, on parle de «breastaurant», une contraction de «breast» («sein») et «restaurant». Dans les années 1980, c'est la chaîne Hooters qui a lancé la tendance, avec ses serveuses en t-shirts très moulants. Il y a actuellement 360 Hooters aux Etats-Unis, et la chaîne est aussi présente dans une douzaine de pays, de la Chine à la Suisse. Ceci dit, ces établissements restent assez bon enfant et familiaux. Rapidement, des concurrents se sont aperçus qu'ils pouvaient se distinguer avec un concept redoutablement efficace: montrer plus les seins de leurs serveuses. 

Cette semaine, le magazine BusinessWeek examine le succès de Twin Peaks, la chaîne de restauration qui connaît la croissance la plus rapide du pays. L'entreprise, créée au Texas en 2005, a desormais 57 établissements dans le pays, surtout dans le Sud et l’Ouest. 

Le PDG de la chaîne trouvait tout simplement que Hooters n'était pas assez osé. En effet, chez Twin Peaks, on est passé du t-shirt sexy au soutien-gorge. 


Le nom Twin Peaks n'est pas un clin d'oeil à la série de David Lynch. En fait, les «deux pics» font référence à la thématique montagnarde du restaurant, mais il s’agit aussi d’une métaphore subtile pour évoquer la poitrine des serveuses.

En règle générale, l'établissement assume tout à fait les blagues lourdingues. Son slogan est «à manger et à boire, avec de superbes vues». Dans le menu, les sandwiches sont «bien foutus» et les plats «super chauds». Pour parler de ses serveuses, le fondateur de la chaîne, Randy DeWitt, parle «d’armes de distraction massive».

Chaque jour, les managers notent les serveuses sur le maquillage, la coiffure, l'uniforme et la minceur. Celles qui ont des bonnes notes sont prioritaires pour choisir leurs horaires de travail.

Ces jeunes filles –souvent des étudiantes– apprécient les pourboires généreux, même si certaines trouvent l'atmosphère un peu dégradante. En même temps, il est vrai qu'elles bénéficient de certains avantages. «La chaîne donne aux serveuses des réductions pour les clubs de gym, les salons de bronzage et de manicure, explique le journaliste de Business Week. On leur donne des conseils sur la coiffure, la maquillage et les régimes. Les meilleures peuvent poser –parfois topless– pour le calendrier annuel du restaurant.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte