Tech & internetEconomie

«Ello», Goodbye? Une brève histoire des «prochains Facebook» qui ne le seront jamais

Repéré par Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 26.09.2014 à 18 h 21

Repéré sur Network World

Ello

Ello

Quand un réseau social inconnu au bataillon annonce qu’il va être le nouveau Facebook ou le nouveau Twitter, ce qui arrive environ une fois par semaine, nous nous disons à Slate (et chez la concurrence) que ça vaut le coup d’en parler: après tout, le nouvel entrant ayant une chance sur mille d’atteindre ses objectifs, au mieux on aura été parmi les premiers à en parler, au pire… vous aurez oublié dans deux semaines.

Cette semaine, le réseau à l’honneur est un certain Ello. Ello existe depuis mars 2014, mais l’avalanche récente d’articles de la presse spécialisée américaine qui s’emparent du phénomène est la conséquence directe d’un exode de Facebook de drag queens, suivis par des activistes LGBT, vers ce petit réseau. Ces abonnés Facebook protestent contre la politique du réseau hégémonique qui oblige les membres à donner leur nom d’état civil de naissance. 

Il faut dire qu'Ello a des arguments convaincants, qui puisent aux sources de l'utopie d'un Internet sans espionnage commercial ni création de valeur sur le dos des interactions sociales, comme le proclame fièrement son «manifeste»:

«Votre réseau social appartient aux publicitaires.

Chaque statut que vous partagez, chaque ami que vous vous faites et chaque lien que vous suivez est suivi, enregistré et converti en donnée. Les publicitaires achètent vos données de façon à vous montrer plus de publicités. Vous êtes le produit qui est acheté et vendu.»

Encore en beta test, Ello est décrit par la presse spécialisée comme un mélange des options proposées par Twitter et Tumblr. Très vite cependant, l’enthousiaste initial qu’a suscité Ello a laissé place au scepticisme. Le réseau promet une expérience sans publicité, revente des données ni cyber harcèlement, mais n’aurait en réalité pas encore les moyens techniques d’assurer ce service selon le site Network World. Et sans publicité ni marchandisation de ses utilisateurs, poursuit le site, un tel réseau n’a aucune chance d’être viable financièrement.

Ces dernières années ont vu une inflation vertigineuse de réseaux sociaux, généralistes ou hyperspécialisés, à l’utilité discutable et à la célébrité pour le moins passagère.

Très récemment encore nous évoquions Netropolitan.club, réseau exclusif dont le ticket d'entrée est à de 9.000 dollars (environ 7.000 euros). Un réseau qui n'est que l'énième  à s'essayer à ce business incertain depuis A Small World («Un petit monde»), lancé en 2007. 

Après les désormais classiques que sont devenus Snapchat, Twitter, Tinder, Whisper, Instagram, nous vous parlions l’année dernière d’erodr, qui reprend des éléments de chaque appli sociale populaire (l’image pour Instagram, le caractère éphémère des posts de Snapchat, le secret de Whisper, etc.) pour proposer aux jeunes étudiants des campus américains une nouvelle expérience «sociale».

J’ai évoqué ici Hell is Other people, («L’enfer, c’est les autres»), idée d’un développeur américain qui a utilisé la géolocalisation Foursquare (encore un réseau social) pour vous apporter la certitude de ne pas croiser vos amis, en vous indiquant dans quelles zones vous avez le plus de chance de ne pas les trouver… Ma collègue Andréa Fradin vous a également parlé ici de Cloak, un autre réseau anti-social qui développe la même idée de l’évitement. Ces deux derniers exemples sont plutôt des applis qui se branchent sur des réseaux sociaux pour proposer des services que des plateformes sociales à proprement parler.

Mais notre préféré reste de très loin Yo. Cette application a laissé le secteur numérique interdit quand elle a annoncé avoir levé un million de dollars pour son développement. Il faut préciser que Yo ne permet qu’une seule chose: recevoir la mention «Yo» sur son mobile. Le pire étant, comme nous vous l’expliquions alors, que l’idée n’est pas si bête qu’il n’y paraît. 

ElloSnapchaterodrWhispertwitter
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte