Science & santé

L'eau sur Terre pourrait être plus vieille que le Soleil, et c'est une bonne nouvelle pour la vie extraterrestre!

Repéré par Andréa Fradin, mis à jour le 26.09.2014 à 14 h 38

Repéré sur Science, Motherboard, Discover Magazine, New Scientist

La Terre vue de la Lune, image issue de la mission Appollo 8, en 1968. | Nasa

La Terre vue de la Lune, image issue de la mission Appollo 8, en 1968. | Nasa

D'où vient l'eau sur Terre? Comment cette précieuse molécule H2O, composée de deux atomes d'hydrogène et d'un atome d'oxygène a-t-elle débarqué sur notre planète? Si la question peut sembler simple, elle est pourtant cruciale, notamment pour déterminer si d'autres formes de vie, intimement liées à l'eau à l'instar de celle sur Terre, sont apparues ailleurs dans l'univers. Et a aussi «désemparé les scientifiques» de nombreuses années, comme le rappelle le Washington Post. Jusqu'à maintenant.

Ce 25 septembre, Science a en effet publié les résultats d'une modélisation de la naissance du système solaire, qui suggèrent qu'une bonne partie de l'eau sur Terre, «de 30 à 50%» selon Discover Magazine, est antérieure... au Soleil lui-même!

Dans la mesure où la formation de notre étoile, il y a 4,6 milliards d'années, «précède tous les autres corps de notre système solaire», cela signifie donc que l'origine de l'eau terrestre est ailleurs dans l'univers. Ou comme le résume sur Motherboard Ilsedore Cleeves, chercheur à l'université du Michigan qui a contribué à cette découverte:

«Ce travail implique qu'une grande partie de l'eau contenue dans les glaces du système solaire est héritée de l'environnement dans lequel le soleil est né, des gaz interstellaires très sombres et froids.»

Pour dater l'eau terrestre, les scientifiques ont regardé sa composition. Et particulièrement sa concentration en «hydrogène lourd». Ou en d'autres termes, en une version un peu spéciale de l'hydrogène (isotope en chimie): le deutérium. C'est comme l'hydrogène, mais avec un neutron en plus -quand l'hydrogène classique n'a qu'un proton et un électron. La différence a son importance: cette forme d'hydrogène, bien plus rare dans l'univers, ne se forme pas comme ça.

En particulier, elle ne s'est très probablement pas formée dans les conditions de formation du système solaire, telle que modélisée par l'équipe de l'université du Michigan. Cette soupe initiale «n'avait pas les ingrédients pour créer de l'eau avec une haute teneur en deuterium» précisément observée sur Terre, résume New Scientist.

Résultat: elle doit venir d'ailleurs. Et a priori des glaces interstellaires, où cet hydrogène a pu se former en bénéficiant «des températures très froides», précise encore Discovery magazine.

Une conclusion qui ouvre bien des possibles. Comme l'indique le Washington Post:

«cela signifie que [cette molécule] était disponible comme brique élémentaire quand des planètes sont nées. Et que nous pouvons espérer trouver d'autres planètes ayant la même molécule qui a rendu la vie possible ici.»

De quoi brandir toujours plus fort encore le «I want to believe» d'un Fox Mulder, en avalant une gorgée d'eau... peut-être similaire à celle dans laquelle barbotent, quelque part, des organismes extra-terrestres.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte