Monde / France

La terreur de l'État islamique analysée par Antoine Sfeir et Rama Yade

Temps de lecture : 2 min

Un portrait de l'otage français assassiné Hervé Gourdel. REUTERS/Patrice Masante.

France 24 et Slate.fr lancent un nouveau magazine hebdomadaire, Politique, diffusé tous les jeudi à 17h10 et coanimé par Roselyne Febvre (France 24) et Jean-Marie Colombani (Slate.fr). D’une durée de 45 minutes, ce rendez-vous passe au crible tous les dossiers brûlants de l’actualité en France et dans le monde.

Invités du premier numéro, Antoine Sfeir, politologue et directeur des Cahiers de l'Orient, et Rama Yade, conseillère régionale d'Île-de-France et vice-présidente de l'UDI, ont notamment commenté les agissements de l'État islamique et de ses filiales au Moyen-Orient et en Afrique.

«Ils savent très bien ce qu'ils font. On tue des otages pour faire peur et on en garde d'autres pour obtenir des rançons», a jugé Antoine Sfeir, qui a vu dans la pratique par les islamistes de la décapitation une volonté historique «d'imiter les prophètes». Selon lui, «le califat, par essence, n'a pas de limite, pas de frontières, a vocation à s'étendre à toute la planète».


Interrogée sur la situation intérieure française face à cette menace, Rama Yade a pointé la soudaine accélération de cette dernière: «Il y a deux ou trois mois, les Français ne savaient pas ce qu'était l'État islamique. Que s'est-il passé?» Face à cette «terreur YouTube», elle estime aujourd'hui que «le clivage politique gauche-droite apparaît superficiel».

Slate.fr

Newsletters

Combien de personnes sont tuées par des volcans?

Combien de personnes sont tuées par des volcans?

Le Kilauea, à Hawaï, est en éruption depuis plusieurs semaines. Heureusement, il n'a fait aucune victime.

L'homme qui a utilisé l'art moderne pour torturer des détenus

L'homme qui a utilisé l'art moderne pour torturer des détenus

Durant la guerre d'Espagne, Alphonse Laurencic a dessiné des cellules de l'enfer à Barcelone: les «checas».

De plus en plus de jeunes filles abandonnent l'école au Cachemire

De plus en plus de jeunes filles abandonnent l'école au Cachemire

Leurs parents veulent les préserver des violences du conflit qui touche la région.

Newsletters