Science & santé

La hausse du prix du tabac ferait baisser la consommation d'alcool

Repéré par Emeline Amétis, mis à jour le 25.09.2014 à 14 h 19

Repéré sur Shots

Les hausses de prix appliquées au tabac réduit la consommation d'alcool.  par Riccardo Bonucelli | via Flickr CCLicense by

Les hausses de prix appliquées au tabac réduit la consommation d'alcool. par Riccardo Bonucelli | via Flickr CCLicense by

Si la hausse régulière des taxes appliquées au tabac réduit sa consommation, elle réduit également la quantité d'alcool consommée par la population. En tout cas, selon une étude publiée dans Alcoholism: Clinical and Experimental Research, une revue scientifique consacrée aux recherches sur l’alcoolisme.

Pour parvenir à ce constat, Melissa Krauss et son équipe de chercheurs à l’Ecole de médecine de Washington ont analysé l’évolution de la consommation d’alcool, en se fondant sur la consommation d'alcool par personne de chaque Etat des Etats-Unis de 1980 à 2009. Ils les ont ensuite comparé à la courbe d'évolution des prix du tabac pendant la même période.

Le résultat est sans appel: le prix des cigarettes, qui est passé en moyenne de 1,76 dollar en 1980 à 5,68 dollars en 2009, a fait chuter la consommation d’alcool. Les chiffres communiqués par les Etats les plus «sévères» en matière de taxes sont probants: si la consommation d’alcool a chuté de 26% sur leur territoire, elle n’a chuté que de 5% dans ceux qui ont le moins augmenté le prix des cigarettes.

Les chercheurs suggèrent qu’il est possible de faire d’une pierre deux coups: une augmentation du prix de 20% sur les paquets de cigarettes américains serait corrélée à une réduction de la consommation d’alcool de 2% par habitant. Melissa Kraus, co-auteure de l'étude interrogée par Shots, la rubrique Santé de NPR, affirme:

« Nous savions déjà que le renforcement des taxes anti-tabac permettait de réduire la prévalence du tabagisme, mais cette étude montre qu’il y a d’autres conséquences imprévues bénéfiques à une politique de santé publique. »

Le cercle vertueux exclut toutefois la consommation de vin. Les chercheurs ont en effet découvert que les amateurs de vin fument moins que les buveurs de bière ou d’alcool fort, donc leur consommation alcoolique est moins corrélée à la hausse du prix du tabac.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte