France

Fadela Amara dénonce la burqa et le «cancer» de l'islam radical

Temps de lecture : 2 min

La secrétaire d'Etat à la Ville Fadela Amara déclaré dans le quotidien financier britannique Financial Times, en date du samedi 15 août que «la vaste majorité des musulmans est contre la burqa», vêtement couvrant l'ensemble du corps et le visage.

«La burqa ne représente pas simplement un morceau de tissu mais la manipulation politique d'une religion qui réduit les femmes à l'esclavage et va à l'encontre du principe d'égalité entre les hommes et les femmes», déclare-t-elle.

La France, havre d'un islam progressiste, se doit de «combattre la gangrène, le cancer que représente l'islam radical qui déforme complètement le message de l'islam», ajoute Fadela Amara.

Lire l'article complet sur le Financial Times

Image de Une: Fadela Amara Reuters

Lire également sur le même sujet: La burqa n'est pas une exigence coranique, par Jean-François Copé

et Le Mot: Burqa, burka, burca, burequat, et caetera.

Newsletters

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

La grand-mère du petit garçon est décédée le 19 avril à l'âge de 88 ans. A-t-elle emporté le secret dans sa tombe?

Ensemble

Ensemble

Lentement mais sûrement pas

Lentement mais sûrement pas

Newsletters