Culture

Soderbergh refait «Les Aventuriers de l'Arche perdue» en noir et blanc

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran des Aventuriers de l'arche perdue, mis en noir et blanc par Soderbergh
Capture d'écran des Aventuriers de l'arche perdue, mis en noir et blanc par Soderbergh

En plus de réaliser des films, Steven Soderbergh fait des t-shirts (avec des références filmiques dessus). Et il les vend sur son site, Extension 765 (dont le nom est une référence au film Conversation secrète, de Francis Ford Coppola, dans lequel le personnage joué par Harrison Ford décroche toujours le téléphone en prononçant ces mots.) Et en plus de vendre des t-shirts, sur son site, il parle de films.

Dans un post récent, dans lequel il parle de mise en scène, et propose de réfléchir à celle des Aventuriers de l'arche perdue, de Steven Spielberg.

«Je veux que vous regardiez et que vous ne pensiez qu'à la mise en scène, à la façon dont les images sont construites, et exposées, quelles sont les règles du mouvement, les motifs. Voyez si vous pouvez reproduire le processus de réflexion qui a présidé à ces choix en vous demandant: pourquoi est-ce que chaque image —courte ou longue— dure le temps qu'elle dure, et est-elle placée à cet endroit? Ça a l'air marrant hein? Hé bien ça l'est. Pour moi en tous cas.»

Surtout, Soderbergh a enlevé la couleur et le son du film de son confrère. Et ajouté une musique censée aider à se concentrer sur la mise en scène.

«Hein, QUOI? COMMENT TU AS PU FAIRE ÇA? Bon, je ne dis pas que je suis vraiment AUTORISÉ à le faire, je dis simplement que c'est ce que je fais quand j'essaie d'apprendre des choses sur la mise en scène.»

Slate.fr

Newsletters

Chanel et la danse

Chanel et la danse

La maison a noué à plusieurs reprises des liens avec la danse. Cette année, Chanel a été mécène pour le gala d’ouverture de la saison de l’Opéra de Paris et accompagne l’événement avec des podcasts. Conversations avec Aurélie Dupont, Diana Vishneva, Kate Moran et Ohad Naharin.

«The House That Jack Built», diabolique comédie

«The House That Jack Built», diabolique comédie

Le nouveau film de Lars von Trier est une fable horrifique qui, aux côtés d'un tueur en série aussi ingénieux que cinglé, interroge la place de la violence dans la vie et dans les arts.

«Ce qui m'a frappée, c'est la grandeur des lieux destinés à loger des préfets seuls»

«Ce qui m'a frappée, c'est la grandeur des lieux destinés à loger des préfets seuls»

«Le territoire de la Drac Basse-Normandie est à l'origine de la commande, raconte la photographe Céline Clanet. Le but de la mission était de réaliser une série photographique sur les logements de fonction des trois préfets de Basse...

Newsletters