Culture

Les 50 meilleures séquences de musique pop dans un film au cinéma sont...

Temps de lecture : 2 min

John Travolta dans «La Fièvre du samedi soir».
John Travolta dans «La Fièvre du samedi soir».

Sans leur bande-son culte, les films de Quentin Tarantino perdraient sans doute une partie de leur charme. Sans les performances chantées et dansées d’Aretha Franklin, John Belushi et Dan Akroyd, The Blues Brothers serait une simple histoire de gangsters en complet veston. Le site The Dissolve a donc compilé 50 de ces moments de grâce du cinéma, où la musique pop et la séquence de film ne font qu’un. Certains de ces passages sont connus et reconnus du grand public, d’autres un peu plus confidentiels.

La séquence de Slumdog Millionaire où les deux frères Salim et Jamal se prostituent pour de l’argent sur Paper planes de M.I.A se retrouve par exemple à la 43e place. Selon The Dissolve, l’accord est parfait grâce à «la production de Diplo et Switch qui fait référence aux musiques du monde et les paroles de M.I.A [...] un choeur de petits enfants qui se vantent de “prendre votre argent”».

La 24e place est attribuée à la petite danse vicieuse de Michael Madsen sur Stuck in the middle with you des Stealers Wheels dans Reservoir Dogs. Le critique salue l’utilisation novatrice de la musique pop comme contre-point ironique à une séquence dramatique: le personnage s’apprête en effet à mutiler un policier juste pour le plaisir.

Dans Dancer in the Dark, la chanteuse islandaise Björk interprète Selma, une ouvrière d’usine à la vue défaillante qui subit injustice sur injustice. La séquence où elle chante I’ve seen it all («J’ai tout vu») en duo avec son prétendant, qui essaye de la convaincre du contraire pour l’encourager à se faire soigner, se voit décerner la 3e place.

Quant à la première place, elle est attribuée à Flight The Power de Public Enemy dans Do The Right Thing.

La sélection fera probablement des déçus. Parmi les grands absents dans la catégorie comédies musicales, on trouve la séquence finale de Grease ou encore Purple Rain, un manque déploré par les internautes. Le reste du classement est à découvrir sur The Dissolve.

Slate.fr

Newsletters

L’humour très noir de «It Must Be Heaven» et les derniers feux du 72e Festival

L’humour très noir de «It Must Be Heaven» et les derniers feux du 72e Festival

Le film d’Elia Suleiman conclut en beauté une sélection globalement de très bon niveau. L’occasion de revenir aussi sur quelques outsiders marquants, sans oublier les inquiétudes à propos d’un système français menacé de fragilisation.

Vous ne savez pas ce qu'est le «male gaze»? Il suffit de voir le film de Kechiche

Vous ne savez pas ce qu'est le «male gaze»? Il suffit de voir le film de Kechiche

«Mektoub My Love: Intermezzo» pousse à l'extrême ce phénomène auquel nous sommes déjà soumis·es constamment, que ce soit au cinéma, à la télé ou dans les pubs.

«Le Traître» dans la nuit de Cosa Nostra, et la pénible expérience «Mektoub»

«Le Traître» dans la nuit de Cosa Nostra, et la pénible expérience «Mektoub»

Le film de Marco Bellocchio reconstitue un épisode décisif de la lutte contre la Mafia, tandis qu'Abdellatif Kechiche plonge le public dans une interminable boucle bruyante et comateuse.

Newsletters