Monde

L'homme qui fait trembler le pouvoir chinois à Hong Kong est un ado de 17 ans et s'appelle Joshua Wong

Repéré par Léa Bucci, mis à jour le 22.09.2014 à 18 h 41

Repéré sur CNN, Financial Times, Business Week

Joshua Wong prend part à une manifestation devant le siège du gouvernement de Hong-Kong le 5 septembre 2012. Bobby Yip / REUTERS

Joshua Wong prend part à une manifestation devant le siège du gouvernement de Hong-Kong le 5 septembre 2012. Bobby Yip / REUTERS

Joshua Wong est un adolescent qui sèche les cours, mais pour la bonne cause. A 17 ans, il est l’un des principaux leaders du mouvement étudiant qui réclame le suffrage universel à Hong Kong, rapporte CNN.

Précoce, oui. Son engagement politique remonte à 2011. A 15 ans, Joshua Wong a monté «Scholarism», un groupe de protestation qui s’opposait à l’introduction dans les écoles de Hong Kong de cours d’«éducation morale et nationale», considérés comme du «lavage de cerveau». En septembre 2012, 8.000 manifestants ont envahi le siège du gouvernement à l’initiative de Scholarism, et les partisans du programme ont fait marche arrière.

En deux ans, le groupe de protestation s’est agrandi à 300 membres environ. Cette semaine, Joshua Wong et ses militants ont incité les étudiants à boycotter les cours pour réclamer la démocratie à Hong Kong. Avec son rattachement à la Chine en 1997, l’ancienne colonie a obtenu le droit d’élire son dirigeant au suffrage universel. Ce devrait être le cas en 2017. Sauf que la Chine a décidé de pré-sélectionner les trois candidats au scrutin, par le biais d’un comité de nomination.

Le boycott a démarré lundi par un rassemblement sur le campus l’Université chinoise de Hong Kong. Plusieurs milliers d’étudiants sont venus d’une vingtaine d’établissements supérieurs. Cette action est un symbole fort dans une ville qui vénère particulièrement l’éducation, d’autant que le mouvement est soutenu par une pétition des personnels et les professeurs d’universités.

En juin, les étudiants avaient élaboré un plan de réforme du système électoral de Hong Kong. D’après un référendum officieux, leur proposition serait soutenue par un tiers des électeurs de la ville. En juillet, Scholarism a organisé un sit-in de masse. Le groupe de protestation gagne en influence, au point que Pékin l’a qualifié d’«extrémiste». Joshua Wong affirme que son nom figure dans le Livre bleu de la Chine sur la sécurité nationale, dans lequel le Parti communiste recense ceux qu’il considère comme des menaces internes.

Le modèle de l'adolescent est un leader étudiant des manifestations de Tiananmen en 1989, mais il a affirmé au Financial Times qu’il ne voulait pas voir les protestations pour la démocratie tourner au bain de sang. Selon CNN, Hu Jia, un ancien qui a participé aux événements de 1989, estime que Joshua Wong risque l’arrestation ou la prison:

«Le Parti communiste a très peur de ce petit morceau de terre, parce que si un vrai suffrage universel peut fleurir à Hong Kong, il est très probable qu’un véritable suffrage universel finira par arriver sur le continent.»

Joshua Wong n’a pourtant pas grand espoir de faire basculer la décision de Pékin. Il consacre 18 heures par jour à ses études et à ses activités politiques, ce qui lui laisse seulement le temps de dormir. Mais pas question de laisser tomber, comme il le déclare à Business Week:

«Le suffrage universel est la mission de cette époque et cette époque appartient aux jeunes, alors laissez les jeunes remplir la mission.»

[...]

«Seuls les étudiants peuvent supporter un tel fardeau. C’est vraiment fatiguant.»

Joshua Wong a aussi publié un livre intitulé «Je ne suis pas un héros», présente un programme radio et écrit une chronique.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte