Culture

100 pour «Game of Thrones», 60 pour «Harry Potter»: voilà combien d'heures il faut pour lire ces succès de la littérature

Temps de lecture : 2 min

Quand on tombe sur un bon bouquin, difficile d'en ressortir. Un peu comme avec des cacahuètes, on y revient irrésistiblement, encore et encore. Et quand bien même il est trois heures du matin et que certaines obligations professionnelles nous attendent dès le lendemain.

L'attraction est si forte qu'il arrive même d'avaler le livre en question d'une seule traite. Le genre d'exploit que Personal Creations (un site de personnalisation de cadeaux), s'est amusé à quantifier en une infographie (voir au bas de l'article): combien d'heures faut-il pour lire en une seule fois certains des grands succès populaires de la littérature?

Comme l'explique le site io9, Personal Creations est parti «de la vitesse de lecture moyenne d'un adulte», soit à peu près 300 mots par minute, avant de le mettre en perspective avec le nombre de mots contenus dans des oeuvres tels que L'Alchimiste de Paulo Coelho, Lolita de Nabokov ou bien encore les incontournables sages du Seigneur des Anneaux, de Tolkien, ou d'Harry Potter.


Résultat: si le grand classique de la tragédie antique Antigone, de Sophocle, requiert un peu moins d'une heure d'attention, la saga A Song of ice and Fire, dont s'inspire la chaîne HBO pour sa série Game of Thrones, demande quant à elle quelques 98,33 heures. Alors qu'elle n'est, pour rappel, toujours pas fini...

L'oeuvre de George Martin arrive juste derrière Harry Potter, les aventures du petit sorcier à la cicatrice en forme d'éclair mobilisant plus de 60 heures de lecture. En comparaison, la Bible requiert un peu plus de 40 heures.


Bien entendu, comme le note io9, ces chiffres ne sont qu'une indication. Ces temps de lecture sont susceptibles de varier en fonction de la capacité d'attention de chacun, de la difficulté de l'oeuvre et de la nécessité, parfois, de faire un point sur la prononciation de tel ou tel personnage, ou de s'en référer à la carte du monde dépeint dans l'oeuvre -les amateurs des Terres du Milieu et de Westeros comprendront l'allusion.

Notons au passage que les oeuvres les plus chronophages ne sont pas les moins populaires. Au contraire, c'est bien souvent celles qui emportent un succès d'édition, et dont les adaptations, en salles ou à la télévision, font également un carton. C'est aussi celles qui nous marquent le plus. Ainsi, parmi les 20 livres les plus cités dans quelques 130.000 messages publiés sur Facebook et portant sur des livres qui «ont touché» les internautes, on retrouve Harry Potter à plus de 20%, ou Le Seigneur des anneaux à 13.86%, écrivions-nous il y a quelques jours.

De la littérature qui a en plus l'avantage de s'adresser à un public de jeunes lecteurs -même si, comme nous l'expliquions en 2012, les adultes en sont tout aussi friands. Entre ça, et les chiffres qui démontraient récemment que les jeunes lisent davantage aux Etats-Unis, il y a de quoi rabattre le caquet à ceux qui pensent que la jeunesse ne touche plus aux bouquins plus aujourd'hui.

Newsletters

Pourquoi le premier épisode de Buffy est toujours parfait (ou presque)

Pourquoi le premier épisode de Buffy est toujours parfait (ou presque)

Ça fait 23 ans que le pilote de Buffy contre les vampires a été diffusé à la télévision américaine. En France, on l'a découvert en 1998 sur M6 pendant la «Trilogie du samedi». Pour ce hors-série de Peak TV, retour sur un premier épisode...

«Tout simplement noir», pour rire de l'infernal chaudron identitaire

«Tout simplement noir», pour rire de l'infernal chaudron identitaire

La comédie de Jean-Pascal Zadi et John Wax convie un grand nombre de têtes d'affiche issues des dites «minorités visibles» pour interroger les impasses du communautarisme.

Les fans de films d'horreur semblaient mieux préparés à la pandémie de Covid-19

Les fans de films d'horreur semblaient mieux préparés à la pandémie de Covid-19

Maîtriser la peur n'a pas été difficile pour ces adeptes des frissons.

Newsletters