Santé / Monde

L'épidémie d'Ebola sera-t-elle le 11-Septembre de l'Afrique de l'Ouest?

Temps de lecture : 2 min

Au Liberia, le 11 août 2014. REUTERS/Stringer.
Au Liberia, le 11 août 2014. REUTERS/Stringer.

Dans le Liberian Observer, la journaliste Makanfi Kamara se demande si le virus Ebola aura le même effet transformateur sur la société libérienne que le 11-Septembre aux Etats-Unis –les bilans des deux évènements sont proches, avec un nombre de morts déclarés du virus qui se rapproche progressivement des 3.000.

Pour elle, les attaques terroristes contre le World Trade Center ont «changé, non seulement les vies des personnes directement affectées par les attaques, mais aussi la vie des générations à venir».

Or au Liberia, la vie quotidienne a déjà été transformée par l'épidémie. Alors que les Libériens sont habitués à se faire la bise, à se serrer la main et à partager leurs verres, leurs cuillères et leurs vêtements, les risques de contamination ont complètement changé ces pratiques.

«Nous faisons désormais attention aux menaces d'infection venant de nos amis proches et de notre famille. Nous nous lavons les mains religieusement à chaque porte, nous gardons nos distances et nous nous saluons en nous inclinant, à la chinoise

«Certaines femmes ont même demandé à leurs partenaires de cesser toute activité sexuelle en attendant que la situation s'améliore. De nombreux hommes ont admis qu'ils allaient désormais être fidèles, par peur d'être infectés.»

La journaliste évoque les mesures exceptionnelles qui bouleversent le pays, notamment les forces gouvernementales qui mettent en place des quarantaines forcées en tirant sur des civils, ainsi que les mesures de prévention officielles qui freinent l'activité économique, et réduisent les revenus des familles.

Même le fonctionnement du gouvernement est affecté. Cette semaine, une session parlementaire sur l'épidémie d'Ebola a dû être annulée car la chambre des députés avait été contaminée...

Slate.fr

Newsletters

Pour une femme tocophobe, la naissance de son enfant n’est pas un heureux événement

Pour une femme tocophobe, la naissance de son enfant n’est pas un heureux événement

La peur pathologique de la grossesse peut entraîner des complications au cours de l’accouchement et/ou après la naissance.

Regarder du porno n'est pas un problème

Regarder du porno n'est pas un problème

Des décennies de méfiance paranoïaque ont failli faire ranger l’addiction au porno parmi les pathologies officiellement incluses dans la Classification internationale des maladies. Heureusement, l’Organisation mondiale de la santé ne s’y est pas trompée.

«Quand je suis tombée malade, j’ai senti que mon corps ne pourrait pas endurer pire»

«Quand je suis tombée malade, j’ai senti que mon corps ne pourrait pas endurer pire»

Sur les 54 000 nouveaux cas annuels de cancers du sein, 10% touchent des femmes de moins de 40 ans. L’association Jeune et Rose leur est dédiée.

Newsletters