Monde

L’archevêque de Canterbury doute parfois de l'existence de Dieu

Temps de lecture : 2 min

Lors d’un débat public dans la cathédrale de Bristol, une journaliste de la BBC a demandé à Justin Welby, l’archevêque de Canterbury, s’il doutait parfois de l’existence de Dieu.

«Oui, je doute. Il y a des moments où je me demande “Y a-t-il un Dieu? Où est Dieu?”», a répondu le chef de l’Eglise anglicane.

«L’autre jour, je priais pendant mon footing, et je me suis retrouvé à dire à Dieu: Ecoute, ça va bien comme ça, mais n’est-il pas temps que tu fasses quelque chose? –si tu es là– ce qui n’est probablement pas ce que devrait dire l’archevêque de Canterbury.»

En effet, ce n’était pas tout à fait la réponse qu’on pouvait attendre de la part du chef spirituel des 80 millions d'anglicans de la planète.

Probablement terrifié par l'honnêteté intellectuelle de Welby, un porte-parole de l’Eglise a tenu à préciser:

«Ces remarques ont été faites dans le contexte d'un débat pendant lequel l'archevêque a aussi évoqué pourquoi il croit en Dieu et comment sa foi en Jésus-Christ a transformé sa vie

Ce n'est pas la première fois que la franchise de l'archevêque, un ancien cadre dans l'industrie pétrolière, nécessite une intervention de l'équipe de communication de l'Eglise anglicane.

Cet été, il avait déclaré au magazine gay Pink News:

«Nous devons accepter que le mariage homosexuel est maintenant autorisé par la loi, c'est une décision juste, c'est désormais légal, et c'est très bien

Un porte-parole de l'Eglise avait par la suite précisé: «L'archevêque a plusieurs fois répété qu'il soutenait le droit du Parlement à changer les lois, et que l'Eglise devait manifester l'amour du Christ pour chaque personne», avant de rappeler que Welby avait voté contre le mariage gay à la Chambre des Lords.

Newsletters

La reine Elizabeth II, dernière icône de la monarchie britannique

La reine Elizabeth II, dernière icône de la monarchie britannique

Que ce soit au travers de billets ou d'œuvres d'art, il n'existe que très peu de visages aussi reconnaissables que le sien.

Si la Suède et la Finlande intègrent l'OTAN, la Russie devra lutter contre l'effet domino

Si la Suède et la Finlande intègrent l'OTAN, la Russie devra lutter contre l'effet domino

Après soixante-quinze ans de neutralité pour l'une et plus de deux cents ans pour l'autre, la Finlande et la Suède ont décidé de rejoindre l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord. Cette décision aura de vastes conséquences pour le continent européen.

Le nouveau visage de la mondialisation

Le nouveau visage de la mondialisation

Avec la pandémie de Covid-19 et l'invasion de l'Ukraine, le commerce mondial est profondément perturbé. Faut-il y voir les premiers signes d'une démondialisation que certains appellent de leurs vœux? Ce serait aller un peu vite en besogne.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio