Tech & internet

Larry Page annonce que Google rêve désormais de bâtir des villes modèles et des aéroports

Repéré par Andréa Fradin, mis à jour le 06.04.2015 à 15 h 16

Repéré sur The Verge, The Information, The Next Web, Engadget

Larry Page en 2012  | REUTERS/Eduardo Munoz (UNITED STATES - Tags: SCIENCE TECHNOLOGY BUSINESS EDUCATION)

Larry Page en 2012 | REUTERS/Eduardo Munoz (UNITED STATES - Tags: SCIENCE TECHNOLOGY BUSINESS EDUCATION)

Après avoir rêvé à haute voix, lors de la conférence i/o de 2013, d'un territoire où les chercheurs (dont ceux de Google) pourraient mener des expériences sans entraves, Larry Page fantasme désormais sur des aéroports et des villes modèles. Si certains avaient à l'époque parlé d'une île à la docteur Moreau, il y a de quoi redouter ici un phénomène Bienvenue à Gatacca.


A 25:30, Larry Page évoque «des mécanismes pour mener des expérimentations»

A en croire le site The Information (lien payant) relayé par The Verge, le colosse aurait lancé il y a un an de nouveaux projets, à la hauteur de ce que les Googlers appellent des «moon shots» –des accomplissements aussi ambitieux que l'était, à l'époque, l'envoi d'hommes sur la Lune.

L'objectif étant évidemment, pour reprendre les expressions favorites de Google, d'améliorer la vie de l'ensemble de l'humanité, mais aussi, note The Next Web, de réfléchir à la future version de l'entreprise, au «Google 2.0». Et cette nouvelle réflexion se pencherait aussi sur la réalisation «d'un aéroport plus efficace et d'une ville modèle».

Moyen, pour Google, de toujours se réinventer –comme la société tente d'ailleurs de le faire en permanence au cours de ses acquistions–, mais aussi, pour Larry Page, de mettre les mains dans la R&D. Et d'imiter son alter ego de toujours, Sergey Brin, qui s'amuse comme un petit fou du côté de Google X, rappelle The Next Web. Ce laboratoire plus si secret est à l'origine de la Google car, la voiture sans pilote, ou des Google Glass. Et se pencherait même, à en croire certaines rumeurs savemment entretenues, sur l'ascenseur spatial.

Une autre section de recherche et développement, pilotée cette fois par Larry Page, serait désormais envisagée. Intitulée «Google Y» selon The Verge, elle se pencherait sur «des programmes de plus long-terme encore que l'actuel Google X».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte