Culture

Avez-vous repéré le caméo fugace de Walter White dans «Godzilla»?

Dee Lockett, traduit par Charlotte Pudlowski, mis à jour le 18.09.2014 à 10 h 05

Capture d'écran du générique de Godzilla

Si vous avez vu le reboot de Godzilla de cette année, vous vous souvenez peut-être du très bon générique d'ouverture.

En joignant des images d'archives de guerre et des documents d'Etat classifiés, la séquence expurge très vite le texte des documents jusqu'à ce que les seuls mots visibles soient ceux des comédiens et de l'équipe. Les documents apparaissent non censurés durant quelques infimes nanosecondes, raison pour laquelle même les fans purs et durs ont probablement manqué le clin d'oeil fait à Breaking Bad.

Comme l'a remarqué un lecteur du site /Film, vous pouvez retrouver cet indice caché au bout de 50 secondes (avec un autre: une possible référence à la série Malcolm).

Alors que les mots s'effacent les uns après les autres, pendant un bref instant, deux mots restent un peu plus que les autres: «Walter» et «White».

Savoir combien, parmi les références, étaient intentionelles, n'est pas tout à fait clair, mais Bryan Cranston n'est a priori pas le seul acteur dont le travail antérieur est évoqué: comme le note un autre lecteur de /Film, le nom de Sally Hawkins apparaît en dessous du mot «submarine» une possible référence au film du même nom sorti en 2010 dans lequel elle jouait, et le réalisateur Gareth Edwards apparaît à côté du nom de son premier film, sorti en 2010: Monsters.

Bien joué, Gareth Edwards.

Dee Lockett
Dee Lockett (4 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte