Parents & enfants

Devenir mère en Afrique sub-saharienne

Temps de lecture : 2 min

Porter un enfant et accoucher dans cette région du monde représente toujours un risque et se fait souvent dans la solitude.

Bukavu, République Démocratique du Congo - Paolo Patruno
Bukavu, République Démocratique du Congo - Paolo Patruno

Depuis 2011, le documentariste et photographe italien Paolo Patruno parcourt l'Afrique sub-saharienne (République Démocratique du Congo, Ethiopie, Malawi, Ouganda) à la rencontre de mères et de futures mères dans un but précis: documenter l'histoire de la santé maternelle et sensibiliser les populations à leur mortalité dans les pays en développement. Son projet aboutit en une série de photographies, de chiffres et de témoignages visibles sur le site Birth is a dream.

De son propre aveu, documenter la santé maternelle est peut-être l'une des choses les plus difficiles à accomplir pour un photographe de sexe masculin: «Je suis un homme. Un homme blanc. Un homme blanc avec un appareil photo présent dans le moment le plus intime de la vie d'une femme». Il y est pourtant parvenu.

Améliorer la santé maternelle est l’un des huit objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) adoptés par la communauté internationale en 2000.

En Afrique sub-saharienne, certains pays ont déjà réduit de moitié le taux de mortalité maternelle depuis 1990. Mais comme le montre Paolo Patruno, porter un enfant et accoucher dans cette région du monde représente toujours un risque et se fait souvent dans la solitude. Pour autant, si la quasi-totalité des décès maternels (99%) se produisent dans des pays en développement, dont plus de la moitié en Afrique subsaharienne, les pays développés ne sont pas épargnés.

Paolo Patruno a recemment confié au Huffington Post vouloir étendre le projet «Birth is dream» aux Etats-Unis, le pays développé et industrialisé qui a le taux de mortalité maternelle le plus élevé. Il y est la sixième cause de décès la plus courante chez les femmes entre 20 et 34 ans.

Nadia Daam Journaliste

Newsletters

L'école à la maison ne rend pas les enfants malades

L'école à la maison ne rend pas les enfants malades

Si vous comptiez sauter le pas, c'est toujours bon à savoir.

Ados sur Instagram: enfin de la laideur dans ce monde filtré

Ados sur Instagram: enfin de la laideur dans ce monde filtré

Sur le réseau, la jeunesse plébiscite désormais les photos brutes, sans retouche et sans filtre –voire travaillées pour paraître plus moches qu'au naturel.

Augmenter les congés paternité donnerait-il moins envie de faire des enfants?

Augmenter les congés paternité donnerait-il moins envie de faire des enfants?

La situation espagnole pose la question.

Newsletters