France

Le préfet Paul Girot de Langlade sanctionné pour injures racistes

Slate.fr, mis à jour le 14.08.2009 à 12 h 26

Le préfet hors-cadre Paul Girot de Langlade a été suspendu de sa fonction de coordinateur local pour la Réunion des Etats généraux de l'Outre mer. Il est soupçonné d'avoir insulté une Antillaise qui travaille à l'aéroport d'Orly.

«Selon le dépôt de plainte, le préfet aurait mal supporté qu'une employée de la société de sécurité Sécuritas lui demande de vider ses poches alors que l'alarme du portique de sécurité avait retenti», explique Le Figaro.

Agacé,le préfet aurait alors jeté le contenu de ses poches au visage de l'employée. Puis il aurait lancé : «On se croirait en Afrique», suivi d'un «Il n'y que des noirs ici». Le site Zinfos 974, qui révèle l'information, assure par ailleurs que la femme qui accompagnait le préfet aurait déclaré: «De toutes façons, il n'y a que des personnes de couleur comme vous qui montent au créneau.»

Le site réunionnais rappelle également que ce n'est pas la première fois que le préfet est mêlé à ce genre d'incidents. En 2007, il avait été condamné à 2000 euros d'amende pour «incitation à la haine raciale» en première instance puis relaxé suite aux soutiens d'une grande part de la classe politique locale. «Il avait déclaré dans La Nouvelle République: 'Il y a trop de gens du voyage sur l’Indre et Loire. On a été trop laxiste pendant trop longtemps (…) il faut arrêter de se voiler la face. Chacun sait que quand ils arrivent quelque part, il y a de la délinquance'»...

[Lire les articles complets sur Le Figaro et Zinfos974]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo aéroport d'Orly, wikimédia PierreAeroport

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte