Monde

Le café de la Maison Blanche est un secret d'Etat

Temps de lecture : 2 min

Barack Obama boit un thé glacé à Parkville, dans le Missouri, le 30 juillet 2014. REUTERS/Larry Downing
Barack Obama boit un thé glacé à Parkville, dans le Missouri, le 30 juillet 2014. REUTERS/Larry Downing

Matt Viser, journaliste politique au Boston Globe, a tenté de savoir quel est le café que boit Barack Obama et comment il est préparé. En vain.

Il semblerait que la caféine est un secret d'Etat, s'amuse le journaliste avant d'en rappeler son importance dans la vie politique:

«Il est le carburant des sommets pour la paix, la secousse derrière les grands discours et le lubrifiant pour prendre des décisions qui modifient le monde. La transition entre deux présidents implique traditionnellement une tasse de café pré-inaugurale entre le président en exercice et son successeur.»

Sur les photographies prises à la Maison Blanche, Barack Obama a toujours une tasse de porcelaine dorée devant lui. Mais il s'agit de thé. Rares sont ceux qui un jour ont vu le président américain boire du café.

Cependant, la provenance du café servi à la Maison Blanche demeure un secret. L'administration évoque la «sécurité de l'approvisionnement alimentaire de la Maison Blanche». L'enquête du journaliste l'a mené vers différentes exploitations entre Porto Rico ou Hawaï, mais le mystère reste entier...

Newsletters

Avec son hommage aux harkis, quels messages Emmanuel Macron envoie-t-il à l'Algérie?

Avec son hommage aux harkis, quels messages Emmanuel Macron envoie-t-il à l'Algérie?

Pour Alger, la demande de pardon du chef de l'État relève du débat franco-français. Mais ses répercussions à moyen terme pourraient être néfastes.

À Helmand en Afghanistan, les barbiers n'ont plus le droit de raser les hommes

À Helmand en Afghanistan, les barbiers n'ont plus le droit de raser les hommes

La musique a également été interdite dans leurs salons par le régime des talibans.

Le mandat de Joe Biden se joue maintenant

Le mandat de Joe Biden se joue maintenant

L'échéance proche des élections de mi-mandat explique le volontarisme du président des États-Unis.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio