Monde

Un cercueil, s’il vous plaît: un drive-in pour rendre visite aux morts

Temps de lecture : 2 min

 David W via Flickr CC License by
David W via Flickr CC License by

Fini les longues processions au funérarium. Dans le Michigan, le service funéraire du Paradise Funeral Chapel pense à ceux qui n’ont pas le temps, même pas pour la mort. L’entreprise américaine a mis en place un drive-in dans une zone de son bâtiment funéraire, rapporte le Saginaw News.

Après avoir signalé sa présence sur le registre, le visiteur avance au chaud dans son véhicule. Lorsque les capteurs détectent sa présence, les rideaux s’ouvrent et le défunt apparaît à la fenêtre dans son cercueil, sur une plateforme surélevée et inclinée. Protégé des intempéries, le spectateur a trois minutes chrono pour admirer ou pleurer «son» disparu. Le tout se déroule en musique. Une ouverture permet de déposer des dons ou de signer le livre d’or. L’utilisation du drive-in n’engendre pas de frais supplémentaires pour les proches.

D’après le Saginaw News, trois entreprises funéraires ont déjà expérimenté un service semblable. Celui de la Gatling’s Chapel de Chicago a cessé son activité au bout de vingt ans. En appuyant sur un bouton, il proposait une projection des corps des défunts sur écran, qui servait surtout de distraction aux ados du coin.

A Saginaw aussi, le principe a tout du voyeurisme, et les réactions sont mitigées, selon Wnem.com. Les lecteurs du Saginaw News sont eux aussi partagés. Le président de Paradise Funeral Chapel envisage pourtant ce service comme un acte altruiste, destiné à ceux que les funérariums rebutent, ou aux personnes âgées qui ont des difficultés à se déplacer:

«Nous voulons offrir le confort et l’accessibilité à nos clients pour les moments où ils n’ont pas envie de sortir de leur véhicule.»

L’entreprise, qui indique vouloir suivre l’avancée du milieu funéraire, a déjà proposé des visites aux défunts visibles sur Internet et des vidéos de funérailles accessibles aux personnes handicapées.

Newsletters

Aux États-Unis, ce que les migrants disent aux psys peut être utilisé contre eux

Aux États-Unis, ce que les migrants disent aux psys peut être utilisé contre eux

Les mineurs demandeurs d'asile ont des entretiens obligatoires avec des psychologues, mais les détails de ces conversations ont déjà été utilisées par l'agence de contrôle de l'immigration.

L'armée algérienne bousculée par le mouvement du Hirak

L'armée algérienne bousculée par le mouvement du Hirak

Elle se méfie de ce mouvement citoyen, dont le slogan «État civil, non militaire» est explicite.

Maxime, expatrié en Chine: «La quarantaine, c'est déprimant et ça rend fou»

Maxime, expatrié en Chine: «La quarantaine, c'est déprimant et ça rend fou»

De Wuhan à Shanghai, nous avons recueilli les témoignages de personnes reclues chez elles pour se protéger du Covid-19, de gré ou de force.

Newsletters