France

Laurent Fabius a toujours été plus rapide que le Premier ministre (pour la déclaration de politique générale)

Mélissa Bounoua, mis à jour le 16.09.2014 à 18 h 49

Laurent Fabius au Sénat, le 16 septembre 2014 / capture d'écran

Laurent Fabius au Sénat, le 16 septembre 2014 / capture d'écran

Ce n'est pas une course, c'est un exercice politique, une «tradition républicaine». Depuis le début de la Ve République, la déclaration de politique générale est prononcée par le Premier ministre lorsqu'un nouveau gouvernement est formé (ici ce n'était qu'un léger remaniement). 

Chaque fois que cela a lieu (déjà trois fois au cours du quinquennat Hollande), le ministre des Affaires étrangères est chargé de dire, dans le «même temps», le texte au Sénat. La tâche revient donc à Laurent Fabius.

La diction, le débit et l'engouement de Laurent Fabius, Manuel Valls et Jean-Marc Ayrault sont très différents, on en conviendra.

Pourtant, malgré la monotonie du débit du patron du Quai d'Orsay –ce sont les sénateurs eux-mêmes qui le disent à notre consoeur du Monde–, les précédents prouvent que c'est Laurent Fabius qui a toujours été le plus rapide. Et cette édition ne fait pas exception, Slate.fr a vérifié. Peut-être Fabius insiste-t-il moins sur les anaphores, devenues la spécialité des socialistes depuis que François Hollande en a fait une pendant sa campagne.

Ce 16 septembre, Manuel Valls a passé 45 minutes et 40 secondes face aux députés à l'Assemblée nationale contre moins de 42 minutes pour Laurent Fabius face aux sénateurs (après avoir consacré 10 secondes à déplier ses lunettes).

Le 3 juillet 2012, Jean-Marc Ayrault, encore Premier ministre, prononçait sa déclaration de politique générale en 1h32 (hors introduction et applaudissements).

Tandis qu'au Sénat, Laurent Fabius n'avait mis que 1h05.

Le 8 avril 2014, le nouveau Premier ministre, Manuel Valls faisait plus court que son prédécesseur et achèvait sa déclaration au bout de 47 minutes.

Mais, là encore, Laurent Fabius, moins enflammé, n'avait mis que 36 minutes et 19 secondes. 

Bilan de ces deux années, Laurent Fabius a beaucoup perdu en rapidité: il est passé de 27 minutes d'avance contre Jean-Marc Ayrault à 3 minutes contre Manuel Valls. 

Mélissa Bounoua
Mélissa Bounoua (93 articles)
Rédactrice en chef adjointe de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte