Tech & internet

Netropolitan.club, l'énième Facebook pour riches

Repéré par Emeline Amétis, mis à jour le 16.09.2014 à 15 h 44

Repéré sur LA Times, NY Daily News, International Business Times

Photo promotionnelle du site Netropolitan.club

Photo promotionnelle du site Netropolitan.club

Les riches sont mal-aimés, sur Internet comme hors ligne. Depuis quelques temps déjà, un site publie les photos de «gosses de riches» partagées sur le réseau social Instagram, moquant leurs poses devant le jet privé ou l'hélicoptère de leurs parents ou leurs soirées au champagne dans quelque sauna d'hôtel de luxe.

Pour pouvoir préserver un entre-soi qui s'accorde mal avec Internet, un nouvel entrant espère capter cette clientèle de niche en lançant jeudi 16 septembre le réseau Netropolitan.club. L'inscription au «club haut de gamme en ligne» requiert la modique somme de 9.000 dollars (environ 7.000 euros). Les utilisateurs devront ensuite cotiser 3.000 dollars chaque année comme dans les plus grands clubs privés. Oubliez les galas, le réseau social offre pour la première fois l'occasion d'aboutir à une reproduction sociale connectée.

Michelle Lawless, cadre chez Media Minefield, l'agence de Relations Publiques chargée de la communication du site, explique dans une interview au Los Angeles Times:

«[Le fondateur du site] James Touchi-Peters et d’autres ont raconté se sentir jugés pour avoir parlé de certains sujets sur les autres réseaux sociaux. Comme s’ils se vantaient… Netropolitan est le lieu où vous pourrez parler de votre dernier voyage en Europe ou de votre nouvelle voiture sans avoir de réactions outrées ou violentes.»

Si le Netropolitan.club est fermé d'accès aux internautes qui n'ont pas payé leur admission, il est garanti sans publicités et modéré par des employés de l'entreprise.

Comme le New York Mag le rappelle dans son historique des réseaux sociaux pour riches, Netropolitan n'est que l'énième start-up s'essayant à ce business incertain depuis A Small World («Un petit monde»), lancé en 2007. Un réseau pour jetsetters et super riches extrêmement sélectif, surnommé lors de sa mise en place «le Myspace des millionnaires».

Les projets se sont multipliés. Total Prestige par exemple, était un cercle ou un club haut de gamme depuis 1993 avant de prolonger son service sur Internet. Surnommé lui aussi le «Facebook pour riches», il entendait lors de sa mise en ligne proposer de la publicité hyper ciblée, attirant des annonceurs souhaitant s'adresser à une clientèle exclusivement composée de millionnaires. Problème: à ce niveau d'aisance matérielle et vu le coût d'entrée de ces sites, on préfère en général s'épargner la publicité en ligne... 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte