Science & santé

Vous jeter sur un pot de glace pour vous remonter le moral ne sert à rien

Repéré par Fanny Arlandis, mis à jour le 15.09.2014 à 18 h 30

Repéré sur Pacific Standard

Un chaton tigré gris avec des cones glacés / Found Animals Foundation via Flickr CC  License by

Un chaton tigré gris avec des cones glacés / Found Animals Foundation via Flickr CC License by

Vous faites peut-être partie de ceux qui en rentrant d'une longue et éreintante journée de travail, ou à la suite d'une mauvaise nouvelle, attrapent un pot de glace et une grosse cuillère pour chercher l'apaisement. Vous vous leurrez, explique Pacific Standard. Le changement d'humeur est juste une question de temps. En réalité notre moral aurait évolué de toute façon, avec ou sans «aliment-réconfort».

Lors d'une récente étude, il a été demandé à 100 étudiants d'énoncer les aliments qu'ils mangeraient s'ils étaient de mauvaise humeur, puis d'autres aliments qu'ils aimaient mais qu'ils ne ne jugeaient pas spécialement réconfortants. 

Deux projections de films anxiogènes ont été organisées à une semaine d'intervalle. Lors de chaque projection, deux questionnaires à remplir au début et à la fin de la séance interrogeaient les participants sur leur humeur. 

A la suite de la première projection, les étudiants se sont jetés dans l'ordre sur: le chocolat, la glace ou les cookies. Lors de la session suivante, trois cas de figure étaient proposés. Certains pouvaient manger les autres aliments qu'ils avaient cités, d'autres des aliments neutres (par exemple une barre Granola), et les derniers ne devaient rien manger. Dans tous les cas l'humeur des étudiants s'est améliorée après un moment.

«Ce constat s'est montré vrai peu importe combien [d'aliments] ils avaient consommé, ou dans quelle mesure ils avaient confiance [dans le fait] que leurs "aliments-réconforts" étaient particulièrement efficaces», peut-on lire dans Pacific Standard.

Prendre l'habitude de chercher un réconfort dans l'alimentation a des conséquences sur le poids des personnes. Traci L. Mann, chercheuse en psychologie à l'université du Minnesota et directrice de cette étude, explique:

«Se passer de cette excuse pour manger des aliments forts en calories ou en graisses peut aider les gens à développer et à maintenir de saines habitudes alimentaires et peut les amener à se concentrer sur d'autres méthodes d'amélioration de leur humeur.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte