Tech & internet

Rachat du jeu vidéo «Minecraft» par Microsoft: le syndrome Oculus Rift?

Temps de lecture : 2 min

I made a Minecraft treehouse par Mike Prosser | FlickR

La rumeur tournait depuis quelques jours, lancée au départ par le Wall Street Journal. Microsoft et Mojang, la société dont dépend Minecraft, viennent de la confirmer. Oui, le très populaire jeu vidéo à base de blocs et de cubes est bel et bien racheté par la firme informatique américaine, pour la somme de 2,5 milliards de dollars.

Microsoft réalise en fait ici l'acquisition de l'ensemble de Mojang, dont le communiqué de presse, publié ce 15 septembre, tente de se montrer rassurant:

«Le changement est flippant, et c'est un grand changement pour chacun d'entre nous. Ça va être bien ceci dit. Tout va bien se passer. <3»

Mojang explique que Notch, du surnom du créateur de Minecraft, également actionnaire majoritaire de la société, «ne veut pas prendre la responsabilité de détenir une entreprise avec une telle importance. [...] La seule solution était donc de vendre Mojang».

Lancé en 2009, Minecraft est devenu un énorme succès au fil des années, à tel point que Microsoft le définit aujourd'hui comme «l'un des jeux vidéo les plus populaires de l'histoire, avec plus de 100 millions de téléchargements, rien que sur PC, depuis son lancement [...].»

Ce jeu de construction virtuel, où chaque bloc de l'environnement est, écrivait Libération en 2011, «une matière première qui peut être extraite» pour façonner cet univers à la guise de chaque joueur, n'est pourtant pas au départ un blockbuster du secteur. Bien au contraire, «Minecraft est un jeu indépendant, poursuivait Libération, né des neurones d’un seul homme, Markus Persson, créateur suédois basé à Stockholm, plus connu sous le nom de "Notch".»

A ce titre, donc, son rachat par l'un des colosses du Net n'est pas sans rappeler la récente acquisition d'Oculus Rift par Facebook. Là encore, il s'agissait du rachat par un géant du web d'un projet au départ modeste, développé notamment à l'aide d'une campagne de financements participatifs. Là encore, il s'agissait de jeux vidéo –le casque conçu par Oculus Rift étant annoncé comme le phénomène à venir du secteur. Là encore, les sommes en jeu étaient impressionnantes: 2 milliards de dollars dans le cas d'Oculus Rift.

A l'époque, l'acquisition avait suscité la colère de bon nombre de fans et soutiens financiers du projet Oculus Rift. Parmi eux, un certain Notch. Le créateur de Minecraft déclarait à l'époque sur Twitter avoir abandonné l'idée d'une version adaptée à l'Oculus Rift... parce que «Facebook [lui] fout[ait] les jetons».

Des propos que ce développeur ne renie pas pour autant. Dans une lettre d'adieu à la communauté Minecraft, à lire du côté de The Verge, où Notch confie sa difficulté à gérer le succès de son oeuvre, il glisse aussi «être bien conscient que cela va à l'encontre de ce [qu'il] a pu dire en public.» Et de conclure:

«Ce n'est pas pour l'argent. C'est pour ma santé mentale.»

Slate.fr

Newsletters

La Russie s'est bien immiscée dans les dernières élections européennes

La Russie s'est bien immiscée dans les dernières élections européennes

Des chercheurs ont analysé l'activité de comptes Twitter associés au Kremlin.

Ados sur Instagram: enfin de la laideur dans ce monde filtré

Ados sur Instagram: enfin de la laideur dans ce monde filtré

Sur le réseau, la jeunesse plébiscite désormais les photos brutes, sans retouche et sans filtre –voire travaillées pour paraître plus moches qu'au naturel.

Au Japon, une application pour dénoncer les frotteurs du métro cartonne

Au Japon, une application pour dénoncer les frotteurs du métro cartonne

Téléchargée plus de 200.000 fois, Digi Police devrait permettre de lutter contre le harcèlement sexuel dans les transports en commun.

Newsletters