Monde

Des hélicoptères de l'armée américaine sèment la panique en atterrissant en Pologne

Repéré par Andréa Fradin, mis à jour le 12.09.2014 à 18 h 34

Repéré sur Bloomberg, The Washington Post, Les Echos

Des militaires polonais pendant un exercice de l'Otan, le Noble Sword-14, au Nord-Ouest du pays | Le 9 septembre 2014, REUTERS/Kacper Pempel

Des militaires polonais pendant un exercice de l'Otan, le Noble Sword-14, au Nord-Ouest du pays | Le 9 septembre 2014, REUTERS/Kacper Pempel

Avec une situation qui ne s'arrange pas à la frontière entre sa voisine l'Ukraine et la Russie, c'est peu dire que la Pologne est depuis quelques mois sous tension. L'atterrissage, ce 10 septembre, d'hélicoptères de l'armée américaine dans des champs situés à 220 kilomètres au nord de Varsovie n'a pas vraiment arrangé les choses.

Six appareils selon Bloomberg, une douzaine selon l'agence Associated Press, ont ainsi débarqué aux alentours de midi dans cette région rurale de la Pologne, «alarmant des habitants déjà sur leurs gardes en raison des tensions de l'autre côté de la frontière», écrit Bloomberg.

L'atterrissage des hélicoptères serait en réalité lié non pas aux tensions entre Kiev et Moscou, mais au mauvais temps, à en croire un porte-parole de l'armée américaine, repris par Bloomberg, qui cite une habitante ayant assisté à la scène:

«Il y avait un épais et lourd brouillard, on pouvait à peine y voir quelque chose [...]»

Selon un autre porte-parole, de l'armée polonaise cette fois, cité par Associated Press et repris par le Washington Post, les soldats américains rentraient à leur base temporaire de Miroslawiec, en Pologne, à la suite d'une série d'exercices militaires en Lituanie.

Si cette anecdote n'est pas directement rattachée aux tensions à la frontière ukrainienne, elle n'en rappelle pas moins que ces derniers mois, l'Otan comme les Etats-Unis veillent à accentuer leur présence dans la région.

Début juin, «plus de 60 pilotes [...] et cinq hélicoptères Black Hawk» ont ainsi été déployés sur la fameuse base de Miroslawiec, raconte le site spécialisé dvids. Dans le but, poursuit le site, de «soutenir les forces américaines et de l'Otan qui s'entraînent en Pologne, en Lettonie, en Lituanie et en Estonie». La Pologne plaide d'ailleurs pour un renforcement de la présence de l'Otan dans la région et a fait de la modernisation de son armée une priorité nationale, pouvait-on lire récemment sur Les Echos.

De même, du 15 au 26 septembre, l'Otan va organiser en Ukraine sa série annuelle d'exercices militaires intitulée Rapid Trident, et ce malgré l'opposition de la Russie, raconte Business Insider.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte