Science & santé

La douleur renforce la cohésion dans le groupe

Repéré par Fanny Arlandis, mis à jour le 11.09.2014 à 14 h 04

Repéré sur Psychological Science

Le groupe / Grzegorz Łobiński via Flickr CC  License by

Le groupe / Grzegorz Łobiński via Flickr CC License by

Partager une expérience douloureuse peut créer un sentiment de solidarité au sein d'un groupe, rapporte une étude publiée dans Psychological Science. En effet, la douleur pourrait avoir des conséquences sociales positives car elle agit «comme une sorte de "ciment social" qui favorise la cohésion et la solidarité au sein d'un groupe», rapporte l'article. 

«Les résultats mettent en lumière les raisons pour lesquelles les camaraderies peuvent se développer entre les soldats ou les autres personnes qui partagent des expériences difficiles et douloureuses», explique Brock Bastian, chercheur en psychologie à l'université de Queensland en Australie. 

Les chercheurs ont demandé à 54 étudiants d'effectuer plusieurs expériences dont une consistait à mettre des boules en métal situées dans un bac rempli d'eau dans un récipient se trouvant également sous l'eau. Pour certains, l'eau était extrêmement froide, pour d'autres, l'eau était à température ambiante. 

Chaque étudiant a ensuite dû s'exprimer sur sa place dans le groupe. Les étudiants ayant effectué une tâche difficile ont montré un esprit de groupe plus développé. 

Une seconde expérience consistait à choisir en groupe des numéros tout en intégrant un enjeu économique à l'expérience. Au final, une plus grande coopération entre les membres ayant vécu avant une tâche douloureuse ensemble a été observée.

«Cette découverte met l'hypothèse de "la douleur comme ciment social" face à un test rigoureux, soulignant non seulement que les gens se sentent proches les uns les autres mais qu'ils sont [aussi] prêts à risquer leurs propres résultats au profit du groupe», explique le chercheur australien. 

La douleur aurait donc bel et bien des effets sociaux positifs et constitue un facteur important de formation de groupe. Ainsi, on comprend mieux les nombreuses pratiques sociales, religieuses ou sexuelles chez différents individus ou dans certains cultures qui impliquent la douleur.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte