France

Non, le FN n’est pas aux portes du pouvoir

Eric Dupin, mis à jour le 09.09.2014 à 7 h 37

Si l'argument employé en Italie par Manuel Valls semble avoir une part de vérité électorale, le Front national reste un parti isolé, en manque de cadres et potentiellement divisé.

Marine Le Pen à l'université d'été du FNJ à Fréjus, le 7 septembre 2014. REUTERS/Eric Gaillard.

Marine Le Pen à l'université d'été du FNJ à Fréjus, le 7 septembre 2014. REUTERS/Eric Gaillard.

L’exploitation des peurs de l’opinion figure parmi les grands classiques de la manipulation politique. Les observateurs ont coutume, non sans raison, d’accuser l’extrême droite de «surfer» sur les craintes populaires ou encore de prospérer sur le «terreau» des misères sociales. Nicolas Sarkozy, d’une autre manière, était passé maître dans l’art de tirer partie des angoisses des Français, qu’il s’agisse de camps de Roms ou de mondialisation débridée.

Communicant chevronné, Manuel Valls s’emploie à son tour à mobiliser à son profit les peurs de Français effectivement en proie à de multiples appréhensions. Il l’avait fait, à plusieurs reprises, sur les thématiques sécuritaires. Le voici qui s’avance désormais sur ce terrain glissant en matière politique. Après avoir gravement averti que la gauche pouvait «mourir», le Premier ministre vient d’oser une très surprenante déclaration à la Festa de l'Unita à Bologne, en Italie: «En France, l’extrême droite et Marine Le Pen sont aux portes du pouvoir!»

Ce propos visiblement outrancier, prononcé du haut d’une tribune en présence d’un chef de gouvernement étranger, l'Italien Matteo Renzi, a été presque immédiatement corrigé par son auteur dans une interview aux médias français dans laquelle il précisait que, de son point de vue, l’extrême droite «se croit au bord du pouvoir».

On espérait ne voir là que dérapages verbaux si Jean-Christophe Cambadélis n’y était pas allé d’un couplet similaire lundi matin, envisageant «l'arrivée de Marine Le Pen au pouvoir » comme une «hypothèse» signifiant le «chaos» et «l’apartheid». Cette déclaration du premier secrétaire du PS suggère que le thème d’une arrivée possible du FN au pouvoir s’annonce comme un des futurs arguments d’un pouvoir apparemment à bout de souffle.

Une double dénonciation porteuse

Tout mensonge se doit d’avoir sa part de vérité pour être doté d’un minimum d’efficacité. Si certains dirigeants socialistes, sans trop de scrupules, agitent le spectre d’une possible arrivée du FN aux affaires, c’est que la triste réalité de la société française autorise de nombreux esprits à redouter une telle éventualité.

La double thématique anti-libérale du parti mariniste (hostile au libéralisme économique autant qu’au libéralisme culturel) entre en résonance avec l’état l’esprit d’une large partie de la population, simultanément frappée par la crise économique et déboussolée par les mutations du monde.

Le vote FN n’est plus seulement un acte de rejet d’une classe politique de plus en plus détestée. Il devient aussi un vote d’adhésion, non pas aux solutions –au demeurant très floues– préconisées par ce parti pour sortir de la «crise», mais à ses multiples dénonciations, aussi contradictoires logiquement soient-elles. Cette adéquation entre les thématiques du parti mariniste et l’état d’esprit dominant dans les classes populaires lui assure un potentiel d’expansion qui panique, à juste titre, les dirigeants.

Une thèse heureusement fausse

Pour autant, la thèse selon laquelle le FN serait «aux portes du pouvoir» est heureusement totalement fausse. Les électeurs qui se servent de ce bulletin de vote pour manifester leur mécontentement, mais aussi pour exiger des réponses en matière d’immigration ou de libre-échange, par exemple, ne se font généralement guère d’illusions sur les capacités de ce parti à les mettre en oeuvre.

Le fait est que le FN n’est pas prêt à gouverner la France malgré les déclarations bravaches de Marine Le Pen. Ses succès électoraux fluctuants depuis le milieu des années quatre-vingt ne l’autorisent nullement à se prévaloir d’une quelconque primauté.

La fable grotesque du FN «premier parti de France», complaisamment relayée par de trop nombreux médias, ne tient pas la route une seconde. L’arrivée en tête de ses listes aux élections européennes de 2014 n’a guère de signification. Ce scrutin sans enjeu réel n’a pas de conséquences à moyen terme. Le PRG, groupuscule de notables radicaux, n’est pas devenu le deuxième parti de gauche après les européennes de 1994...

Avec ses 75.000 adhérents revendiqués, le parti d’extrême droite demeure une formation fort peu implantée. Son réseau d’élus reste des plus modestes. La règle, dominante en France, du scrutin majoritaire limite drastiquement ses ambitions. Il ne compte que deux députés (dont un apparenté) et ne gère, malgré un contexte très favorable en mars dernier, qu’une quinzaine de communes, généralement de taille modeste.

Des divisions potentielles

Ajoutons que le parti d’extrême droite –qui récuse cette étiquette au nom de ses ambitions– demeure, malgré ses efforts, dans une situation d’isolement qui ne lui laisse aucun espoir de conquérir le pouvoir à court terme. Sa difficulté à se trouver des alliés tient d’abord à un manque de cohérence interne préjudiciable à des visées stratégiques à long terme.

Le Front national réellement existant mêle l’ancien parti de Jean-Marie Le Pen, lui-même creuset de tous les courants de l’extrême droite française, et les tentatives de rénovations conduites par sa fille sous la houlette de Florian Philippot. Consciente des équilibres internes à sa formation et malgré ses velléités de mutation, Marine Le Pen n’entend pas se «passer de la sagesse et de l'expérience de Jean-Marie Le Pen».

La nouvelle dirigeante du Front doit aussi composer avec une diversité qui oblige à des compromis. Les responsables du FN n’étaient pas plus en phase par rapport à la question du mariage homosexuel qu’au regard du conflit moyen-oriental.

Un isolement sans solution

Plus grave encore, ce parti ne dispose aucunement des cadres suspectibles d’occuper les commandes de l’Etat. Florian Philippot a beau se démultiplier, de manière presque magique, dans les matinales des chaînes d’informations continues, il aurait un peu de mal à occuper simultanément différents ministères.

Surtout, on ne voit guère comment le FN, au-delà d’un scrutin majoritaire qui le handicape fortement, pourrait se trouver des alliés pour gouverner. Son double anti-libéralisme –aussi électoralement porteur soit-il– l’isole irrémédiablement. Marine Le Pen n’a jamais caché qu’elle entendait détacher une partie de la droite française comme force d’appoint. Mais ceux qui seraient tentés par une pareille aventure ne représentent pas grand chose...

On opposera peut-être à tout cela un récent sondage Ifop établissant que Marine Le Pen l’emporterait dans un hypothétique second tour contre François Hollande. C’est oublier que ce genre d’enquête n’a aucun sens tant l’hostilité à l’égard du président actuel (sortant) est vivace. Cette même étude, plus que sujette à caution à ce point  longtemps avant l’échéance, suggère d’ailleurs que le chef d’Etat présent (s’il devait, par le plus extrême des hasards, se représenter) aurait toutes les chances d’être éliminé dés le premier tour...

Il reste à comprendre pourquoi des esprits de gauche que, l’on imagine a priori sensés, agitent un tel scénario. L’hypothèse d’un dérèglement mental fruit d’une panique irrépressible devant être écartée, le calcul politicien tend à s’imposer. On serait alors devant une version très dégradée de la manière dont François Mitterrand avait effectivement utilisé le Front national dans les années quatre-vingt.

Mais la droite, elle aussi, risque fort d’être tentée d’utiliser le spectre d’une hypothétique arrivée du FN au pouvoir. Brice Horfefeux, le plus fidèle lieutenant de l’ancien président, a toujours défendu la thèse selon laquelle celui-ci avait été le seul capable de réduire l’influence du FN. Le pire est qu’il n’a pas vraiment tort. Ce fut le cas, sans conteste, en 2007, mais aussi, certes de manière moins évidente, en 2012.

Manuel Valls serait bien inspiré de réfléchir à tout cela. Si la seule argumentation d’une gauche, qui il y a peu promettait de vivre mieux, devenait d’échapper au mal absolu d’une extrême droite maléfique, il pourrait se trouver une dangereuse concurrence.

Eric Dupin
Eric Dupin (207 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte