Israël ne fait pas mieux que la Russie

Dans la colonie israélienne Gevaot, à côté de Bethléem, le 31 août 2014. REUTERS/Ronen Zvulun

Dans la colonie israélienne Gevaot, à côté de Bethléem, le 31 août 2014. REUTERS/Ronen Zvulun

Israël utilise les mêmes arguments retors que la Russie pour s’arroger des territoires en Cisjordanie. Or, ce que nous fustigeons en Ukraine, nous le tolérons en Palestine.

Il y a six mois, après l’annexion d’une partie de l’Ukraine par Vladimir Poutine, le président américain a autorisé les sanctions contre la Russie. «Les principes fondamentaux qui régissent les relations entre les nations en Europe et dans le reste du monde doivent être défendus au XXIe siècle», a affirmé Obama. «Cela comprend le respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale —le concept que les nations ne redessinent pas les frontières ni ne prennent de décisions aux dépens de leurs voisins simplement parce qu’elles sont plus grandes ou plus puissantes

Les Etats-Unis défendent ce principe en Ukraine et en Irak: nul n’a le droit d’utiliser la force pour s'approprier des territoires ou modifier les frontières. Mais Israël, allié des Etats-Unis, continue d’enfreindre la règle. Fin août, le pays s’est encore arrogé une parcelle de territoire palestinien: 400 hectares, sa plus grande saisie territoriale en trente ans.

Il s'agit bien d'une offensive

Ces territoires ne sont pas situés à Gaza, d’où le Hamas lance des roquettes et où il creuse des tunnels. Ils se trouvent en Cisjordanie, où le président palestinien Mahmoud Abbas prône la non-violence et tente de négocier un accord de paix. Israël contrôle plus de 40% de la Cisjordanie, et utilise son armée pour faciliter l’occupation de ce territoire par des colons juifs. Aucun accord n’a jamais octroyé ces terres à Israël. C’est du vol.

Le 31 août, tandis que l’attention du monde entier était distraite par Poutine et l’Etat Islamique (EI), Israël s’est emparé d’un nouveau bout de terre. Son armée a annoncé que 400 hectares près de Bethléem —dont une grande partie, selon des responsables palestiniens, est couverte d’oliveraies et appartient à des familles palestiniennes— faisaient désormais partie du territoire israélien.

Certes, ce n’est pas une invasion à la Poutine ou un bain de sang à la mesure de l’EI. Mais c’est une offensive, et ce pour plusieurs raisons. C’est un camouflet pour les Etats-Unis, qui se sont rangés aux côtés d’Israël lors de sa dernière guerre en date contre Gaza, comme pour les pays européens qui ont fait preuve d’une grande indulgence envers Israël lors de ce conflit inégal. C’est mettre des bâtons dans les roues du secrétaire d’Etat américain John Kerry, qui n’a de cesse de tenter de faire repartir les pourparlers de paix. Et cela décrédibilise Abbas, en envoyant à tous les Palestiniens le message que les négociations, c’est pour les gogos.

Comment responsables et colons israéliens justifient-ils cette confiscation? Ils affirment que les Palestiniens n'utilisent pas ces territoires. Ils disent que les Palestiniens qui y vivent ne peuvent pas prouver qu'ils en sont les propriétaires. Ils avancent qu’Israël en a besoin pour loger une population en pleine croissance —argument que l’on pourrait baptiser Liebermansraum, en l’honneur du ministre israélien pro-colonisation des Affaires étrangères. Israël estime aussi que cet accaparement de terres ne fait pas grande différence dans la mesure où elles font partie du territoire qu’Israël envisage de conserver dans le cadre d’un quelconque accord permanent avec les Palestinien. Dans la mesure où vous estimez qu’un jour ou l’autre il vous reviendra, alors ce n’est pas vraiment du vol.

Les points communs avec la Russie de Poutine

Le plus dérangeant du point de vue des normes internationales, c’est l’étroite ressemblance entre les justifications d’Israël et celles de la Russie.

Les Israéliens soulignent que des centaines de milliers de juifs vivent en Cisjordanie et à Jérusalem Est. Les Russes invoquent la même raison pour protéger les russophones d’Ukraine. Les Israéliens affirment que cette nouvelle parcelle de territoire leur est nécessaire pour relier leurs avant-postes cisjordaniens à Israël. Les Russes utilisent la même logique pour justifier la réalisation d’un pont terrestre vers la Crimée. Les Israéliens clament s’être emparés de la Cisjordanie dans les règles lors d’une guerre ancienne déclenchée par le camp adverse. La Russie pourrait en dire autant de sa récupération de l’Ukraine après la Seconde Guerre mondiale. Israël affirme vouloir encore négocier la paix; les colonisations en cours ne font que lui donner un peu plus de poids. C’est exactement le point de vue des responsables russes sur les brutalités auxquelles ils se livrent en Ukraine.

Israël a brouillé la limite entre civil et militaire, entre installation et agression

 

Du côté d’Israël, le plus insidieux est le fait de se servir de civils comme des armes. Les dirigeants israéliens ont à maintes reprises imposé des colonies pour punir les affronts palestiniens. C’est un message qu'ils ont envoyé au mois de mai dernier, lorsqu’Abbas a formé un gouvernement d’unité avec le Hamas, ainsi qu'en juin après l’assassinat de trois adolescents israéliens par des terroristes. Les principaux ministres israéliens ont choisi à dessein cette parcelle de territoire —celle qu’ils ont revendiquée le 31 août— pour sa proximité avec la yeshiva où étudiaient les jeunes gens. Le 1er septembre, le ministre israélien de l’Economie, Naftali Bennett, s’est rendu dans la yeshiva et y a salué la nouvelle confiscation en proclamant: «La construction est notre réponse aux meurtres.» Aux étudiants il a confié: «Vous en êtes le fer de lance

Lorsque des dirigeants israéliens se conduisent et parlent ainsi, comment s’étonner que les Palestiniens se mettent à considérer les colons comme des cibles militaires? Israël a fait de la colonisation un instrument de punition collective et un moyen d’en faire la publicité. Il a brouillé la limite entre civil et militaire, entre installation et agression.

Les colons israéliens s’inquiètent à l’idée que les confiscations et les constructions ne s’arrêtent. Ils craignent, selon les termes du site pro-colonisation Arutz Sheva, qu’un gel des constructions ne devienne le statu quo, et que toute nouvelle colonisation ne soit considérée comme «une déviation de la norme».

En bref, ils ont peur que le principe que nous défendons en Ukraine et en Irak —selon lequel vous n’êtes pas autorisé à vous emparer de territoires juste parce que vous en avez les moyens— ne s’applique aussi en Palestine. J’espère bien qu’ils ont raison.

Partager cet article