Santé

La photo poignante qui reflète l'évolution d'Alzheimer chez une malade

Temps de lecture : 2 min

Sur la première ligne, datée de 1999, la signature de cette femme prénommée Irma est relativement lisible. Ligne après ligne, année après année, elle se dégrade progressivement: d'abord des lettres capitales, de plus en plus tremblantes, au lieu d'une écriture scolaire classique, puis des lettres oubliées, pour finir sur un paraphe incompréhensible à la dernière ligne, en 2011, où on ne distingue plus vraiment que deux lettres, un R et un I.

La photo, poignante, vient illustrer les recherches coordonnées par le Dr. Michael Rafii, de l'University of California de San Diego (UCSD), sur des patients atteints du syndrome de Down (plus connu sous le nom de trisomie 21) et prédisposés à ce titre à souffrir de la maladie d'Alzheimer quand ils atteignent un âge avancé. L'intérêt de ces recherches est d'essayer de tester des traitements médicamenteux précoces de la maladie d'Alzheimer, puisque l'on est certain que celle-ci va se développer chez les personnes atteintes du syndrome de Down: «À 40 ans, 100% des individus atteints du syndrome de Down ont cette pathologie dans leur cerveau», a affirmé le chercheur à la NPR, qui a consacré un article à ses travaux fin août.

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 16 au 22 janvier 2021

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 16 au 22 janvier 2021

Investiture du nouveau président américain Joe Biden, caravane de migrants au Honduras et évolution de la pandémie... La semaine du 16 au 22 janvier 2021 en images.

Ce que l'on sait des effets du Covid-19 sur le cerveau

Ce que l'on sait des effets du Covid-19 sur le cerveau

Différentes études ont montré que le virus était capable d'infecter des cellules du système nerveux, avec l'éventualité de conséquences neurologiques à long terme.

Pour les couples infertiles, le test préimplantatoire des embryons aneuploïdes serait une réelle avancée

Pour les couples infertiles, le test préimplantatoire des embryons aneuploïdes serait une réelle avancée

Ce diagnostic consiste à dépister à un stade embryonnaire très précoce des anomalies chromosomiques. Actuellement interdit, il est débattu dans le cadre de la loi bioéthique.

Newsletters