Monde

[VIDÉO] Un faux clip de propagande de l'État islamique réalisé par le gouvernement américain

Temps de lecture : 2 min

Attention, des images de la vidéo ci-dessus peuvent choquer

«Venez en courant au pays de l'État islamique, pressez le pas! Vous pouvez y apprendre de nouvelles choses utiles pour l'Oumma. Faire sauter des mosquées! Crucifier et exécuter des musulmans! Piller des ressources publiques! Commettre des attentats suicides! Le voyage n'est pas cher car vous n'aurez pas besoin de billet retour!»

Sur fond d'images des exactions commises en Irak et en Syrie par l'État islamique, tel est le message diffusé, depuis environ deux semaines, par une vidéo postée sur un compte YouTube baptisé Think Again Turn Away («Réfléchissez encore, faites demi-tour») par le Center for Strategic Counterterrorism Communications du Département d'État américain.

Comme l'explique CNN, la vidéo, qui, le 6 septembre 2014, avait été visionnée un peu moins de 60.000 fois, «utilise les propres vidéos de propagande postées en ligne par le groupe» et a pour but d'essayer de battre les djihadistes à leur propre jeu en leur répondant sur le terrain des réseaux sociaux et des contenus viraux. Une campagne qui se déploie sur Facebook, Twitter et Tumblr.

Fin août, le Wall Street Journal expliquait par exemple que le compte Twitter Think Again Turn Away détourne régulièrement des hashtags utilisés par les militants de l'État islamique pour essayer d'infiltrer leurs conversations: il a par exemple posté des articles sur les frappes aériennes américaines en Irak avec le hashtag #CalamityWillBefallUs, utilisé par les sympathisants de l'État islamique pour poster des photos des attentats du 11-Septembre.

BuzzFeed a de son côté compilé quelques-uns des meilleurs messages du compte Think Again Turn Away. On y voit par exemple une photo de soldates de l'armée kurde ainsi légendée:

«Le pire cauchemar de l'État islamique, recevoir une correction d'une fille –des soldats kurdes de sexe féminin»

Comme le rappelle Business Insider, «une récente étude publiée par des chercheurs du King's College de Londres a montré que la présence des djihadistes sur les réseaux sociaux a eu un grand poids dans le recrutement d'Occidentaux, qui représentent aujourd'hui environ un quart de ceux qui combattent en Syrie».

Slate.fr

Newsletters

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Newsletters