Science & santé

Le dendogramma, nouvel organisme sous-marin que les chercheurs ne savent pas où placer sur l’arbre de la vie

Repéré par Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 04.09.2014 à 15 h 19

Repéré sur Los Angeles Times Times, PLOS One, National Geographic

Source: PLOS One

Source: PLOS One

Le Los Angeles Times rapporte que deux chercheurs danois pensent avoir découvert deux espèces d’animaux sous-marins ayant la forme d'un champignon dans les profondeurs du sud-est de l’Australie, cueillis à 1 kilomètre de fond et d’une taille de 10 millimètres pour l’un et de 17 pour l’autre. Les 18 spécimens existants ont tous été récoltés lors d’une expédition de 1986, mais n’avaient pas fait l’objet jusqu’ici d’une analyse poussée.

Les dendrogrammas, c’est leur nom, sont de petits organismes simples avec une ouverture en haut de leur tube, par lequel la nourriture entre et les déchets organiques ressortent. Mais cette nouvelle espèce, que les chercheurs présentent dans la revue PLOS One, reste de l’aveu de ses découvreurs encore difficile à situer dans la nomenclature biologique du vivant, au point qu’ils envisagent la création d’une nouvelle famille, résume le site Live Science.

La découverte plonge les chercheurs dans l’embarras: ces dendrogrammas se situent à la racine de «l’arbre de vie», et ressemblent à deux groupes («embranchements» ou «phylum») du rang situé juste au-dessous du règne (celui qui détermine s’il s’agit d’un animal, d’un végétal ou d’un champignon).

Le dendrogramma a des ressemblances avec d’une part les cnidaires, le groupe qui rassemble les animaux au corps mou qui se déplacent sous l’eau comme les méduses ou sont fixés à un rocher comme l’anémone de mer ou le corail, et d’autre part les cténophores, organismes marins carnivores plus connus sous leur petit nom de groseille de mer. C’est surtout la présence d’un tube gastrique qui rapproche l’espèce de ses plus proches «sœurs».

Comment classer les dendrogramma... Source: PLOS One, 3 septembre 2014. 

En revanche, les cnidaires ont des tentacules et des organes sensoriels et les cténophores des «cils» qui les aident à se déplacer dans l’eau, et le dendrogramma n’a aucune de ces caractéristiques. Leonid Moroz, neurobiologiste, affirme dans le National Geographic que cette nouvelle espèce pourrait «complètement renouveler l’arbre de la vie» et notre compréhension de l’évolution animale.

Pourrait-il alors s’agir d’une nouvelle classe à elle seule? Trop tôt pour le savoir selon les chercheurs, et malheureusement aucune trace d’ADN ne permet de trancher. Or en vingt-huit ans, depuis la découverte des spécimens australiens, aucun autre  dendrogramma n’a été aperçu... L’espèce la plus proche serait une forme de vie éteinte depuis 600 millions d’années, Ediacara fauna.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte