Culture / Monde

«Bonne nuit, les petits»: quand Vladimir Poutine se lance dans la télévision pour enfants

Temps de lecture : 2 min

L'émission «Spokoinoi Nochi, Malyshi!» du 21 mai 2013.

Apparemment pas totalement débordé par sa gestion agressive de la crise en Ukraine, Vladimir Poutine a décidé de contribuer à l'enrichissement de la télévision pour enfants, selon l’agence russe RIA Novosti, citée par le Moscow Times. Alexander Mitroshenkov, le président du groupe de télévision Klass, a en effet expliqué qu’un nouveau personnage créé par le président russe allait apparaître en octobre dans l’émission quinquagénaire Spokoinoi Nochi, Malyshi!, qu’on pourrait traduire par Bonne nuit, les petits.

«Nous avons commencé à travailler sur un nouveau personnage il y a longtemps, et nous avons examiné de nombreuses options. L’idée est venue d’un conseil de notre président. Au début, elle paraissait quelque peu inattendue, mais quand nous avons commencé à l’examiner de plus près, nous avons compris qu’il s’agissait d’un coup de maître», a déclaré Mitroshenkov sur un ton enthousiaste. En même temps, relève le site Vocativ, qui moque «une tournure de phrase de style nord-coréen», on ne voit pas trop quel autre genre de ton il pourrait adopter face à un conseil du maître du Kremlin.

Le public ignore encore quel sera ce nouveau personnage, et son rôle, mais le site américain explique que cette annonce a provoqué pas mal de blagues et de supputations ironiques sur les réseaux sociaux russes, selon lesquelles le personnage pourrait s’appeler Vatnik (le mot d’argot de l’opposition russe qui désigne les Poutinolâtres), être inspiré d’Igor Strelkov, le chef des séparatistes russes en Ukraine, ou venir non pas d’une forêt enchantée mais des bois du Donbass.

Slate.fr

Newsletters

L’humour très noir de «It Must Be Heaven» et les derniers feux du 72e Festival

L’humour très noir de «It Must Be Heaven» et les derniers feux du 72e Festival

Le film d’Elia Suleiman conclut en beauté une sélection globalement de très bon niveau. L’occasion de revenir aussi sur quelques outsiders marquants, sans oublier les inquiétudes à propos d’un système français menacé de fragilisation.

Vous ne savez pas ce qu'est le «male gaze»? Il suffit de voir le film de Kechiche

Vous ne savez pas ce qu'est le «male gaze»? Il suffit de voir le film de Kechiche

«Mektoub My Love: Intermezzo» pousse à l'extrême ce phénomène auquel nous sommes déjà soumis·es constamment, que ce soit au cinéma, à la télé ou dans les pubs.

«Le Traître» dans la nuit de Cosa Nostra, et la pénible expérience «Mektoub»

«Le Traître» dans la nuit de Cosa Nostra, et la pénible expérience «Mektoub»

Le film de Marco Bellocchio reconstitue un épisode décisif de la lutte contre la Mafia, tandis qu'Abdellatif Kechiche plonge le public dans une interminable boucle bruyante et comateuse.

Newsletters