Sciences

L'invention des pointes en silex a bouleversé le mode de vie des hommes préhistoriques

Temps de lecture : 2 min

copyright Jayne Wilkins
copyright Jayne Wilkins

On a longtemps pensé que si les premiers hommes avaient décidé il y a 500.000 ans d'assembler un silex à une pointe en bois pour en faire des lances, c'était simplement parce que cette arme permettait de tuer plus efficacement qu'une simple pointe en bois. Une chercheuse de l'université d'Arizona, Jayne Wilkins, et son équipe ont alors décidé de le vérifier, en comparant l'efficacité des deux concepts sur du gel balistique dont la densité est proche des tissus musculaires humains et animaux.

«Ils ont alors mesuré la profondeur de la pénétration, la taille et la forme de des blessures dans le gel», raconte un blog du Scientific American.

La profondeur de pénétration s'est avérée la même, mais la blessure de la pointe en silex est environ 25% plus large, elle a donc plus de chances de toucher les organes et donc d'améliorer la chasse.

Or, cette technologie aurait en réalité eu d'autres effets. Elle a d'une part été un moyen pour les hommes préhistoriques de manger de la viande plus régulièrement, ce qui leur aurait permis d'augmenter leur espérance de vie.

D'autre part, cette efficacité technologique aurait également précipité la coopération entre les membres d'une même communauté, mais aussi avec d'autres groupes. Dans un rapport, Jayne Wilkins explique:

«Des individus avec des armes extrasomatiques sont plus susceptibles de coopérer les uns avec les autres que sans elles, en partie parce qu'elles augmentent le risque de mortalité quand les individus décident de s'opposer.»

Fanny Arlandis Journaliste à Beyrouth (Liban). Elle écrit principalement sur la photographie et le Moyen-Orient.

Newsletters

Faire la grasse matinée le week-end pourrait augmenter votre espérance de vie

Faire la grasse matinée le week-end pourrait augmenter votre espérance de vie

Une bonne excuse à dégainer pour trainer au lit.

Les femmes absentes des études sur les maladies les plus dangereuses pour elles

Les femmes absentes des études sur les maladies les plus dangereuses pour elles

Elles manquent toujours à l'appel dans la recherche cardiovasculaire, par exemple.

Les humains ne réprésentent que 0,01% de la vie sur Terre (mais nuisent aux 99,99% restant)

Les humains ne réprésentent que 0,01% de la vie sur Terre (mais nuisent aux 99,99% restant)

Nous sommes les moins nombreux, mais les plus gênants.

Newsletters