Monde

Le MILF, le groupe qui veut combattre l'État islamique aux Philippines

Repéré par Emeline Amétis, mis à jour le 01.09.2014 à 17 h 44

Repéré sur Vocativ, Rappler

Des membres du MILF lèvent le poing pendant une démonstration de force. REUTERS/StringerPhilippines

Des membres du MILF lèvent le poing pendant une démonstration de force. REUTERS/StringerPhilippines

Le groupe terroriste de l’Etat islamique doit faire face à un ennemi que l’on ne lui aurait jamais imaginé. Après des décennies de rébellion armée, le MILF, à des années lumières de l’acronyme pornographique auquel il fait référence depuis l’avènement de YouPorn et consorts («Mother I’d like to fuck»), a promis d’endiguer l’expansion de l’organisation terroriste aux Philippines.

Le MILF (comprendre «Moro Islamic Liberation Front»), est né en 1978 au sud du pays asiatique. Depuis que ses relations avec le gouvernement philippin se sont apaisées, la priorité de l’ex groupe indépendantiste se résume à étouffer la progression de l’Etat islamique aux Philippines et dans les pays musulmans.

Dans un article publié sur son site officiel le 23 août 2014, le MILF condamne fermement les actes de barbarie perpétrés par des organisations terroristes musulmanes, qu’il s’agisse de l’Etat islamique ou de membres de leur propre organisation.

Islamistes «modérés» revendiqués, les membres du MILF considèrent que l’Etat islamique, présent en Syrie et en Irak, représente une «menace immédiate» dont les idées peuvent être aussi «contagieuses» qu’un virus pour des pays musulmans dans lesquels des groupes rebelles armés sont installés.

L’engagement des Combattants islamiques pour la liberté de Bangsamoro (BIFF, en anglais) en est la parfaite illustration. Le groupe de guérilla, né d’une scission avec le MILF en 2008, a récemment fait savoir au monde entier qu’il se rangeait au côté de l’Etat islamique en levant son drapeau noir. Alors que les membres du BIFF sont encore trop peu nombreux pour susciter une réelle inquiétude selon le MILF, l’influence de l’autoproclamé califat de l’Etat islamique en Irak et au Levant, ancienne section d’al-Qaida, est amenée à poser un problème sécuritaire au sein d’un pays qui porte encore les marques d'une guérilla meurtrière démarrée dans les années 70, et qui a entraîné la mort de 150.000 personnes.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte