Culture

Comment le facekini est passé de la plage à la mode

Temps de lecture : 2 min

Une femme porte un facekini sur une plage à Qingdao, dans la province du Shandong, le 6 juillet 2012. REUTERS/Aly Song
Une femme porte un facekini sur une plage à Qingdao, dans la province du Shandong, le 6 juillet 2012. REUTERS/Aly Song

Depuis deux ans, le facekini est presque devenu un marronnier, ces sujets qui reviennent immanquablement d'année en année à la même période. Chaque été, on reparle de cette étrange cagoule en nylon qui couvre le visage à l'exception des yeux, de la bouche et du bout du nez. Particulièrement populaire dans la région de Qingdao, le facekini est portée généralement par des Chinoises d'âge moyen sur les plages pour protéger du soleil le teint de leur peau.

Selon le magazine Time, le facekini aurait été inventé à l'origine par une femme de 58 ans pour se protéger des méduses et du soleil. Mais l'augmentation du nombre de cancers de la peau n'est pas la seule raison de cette recherche de blancheur. En Chine, la peau claire est considérée comme un atout de beauté.

Cette année, NBC News raconte que le facekini a fait son entrée dans le monde de la mode.

Annette Kellerman dans son maillot de bain une pièce, vers 1900 / Domaine Public.

Un ensemble de huit photographies parues dans le magazine CR Fashion Book (crée par Carine Roitfeld, ancienne rédactrice en chef de Vogue Paris) montre des mannequins affublés d'un facekini et de maillots de bain de créateurs comme Gucci, Alexander Wang, Emporio Armani ou Michael Kors.

Pour certains, comme le journaliste Justin Jones du Daily Beast, il s'agit d'un retour au siècle dernier. Ce journaliste rappelle dans son article que des femmes se sont longtemps battues pour pouvoir enlever les lourdes combinaisons-pantalon qu'elles devaient porter sur les plages pour couvrir l'ensemble de leur corps.

En 1907, Annette Kellerman, nageuse professionnelle et star du cinéma muet, est arrêtée et écope d'une amende pour s'être rendue sur la plage de Revere, à Boston, dans une tenue épousant ses formes –et sans manches.

«La querelle judiciaire qui en découla et fit les gros titres poussa les plages du pays à revoir leur législation. En 1915, les femmes américaines portaient couramment des maillots de bain une pièce», racontait Julia Turner, journaliste pour Slate.com, en 2013.

Fanny Arlandis Journaliste à Beyrouth (Liban). Elle écrit principalement sur la photographie et le Moyen-Orient.

Newsletters

«Un tramway à Jérusalem» en route vers l'utopie nécessaire

«Un tramway à Jérusalem» en route vers l'utopie nécessaire

Amos Gitaï assemble des situations à bord du transport en commun pour composer avec humour et émotion l'esquisse d'une appartenance collective à un monde que tout divise.

Les deux tendances déplorables de la critique aujourd'hui

Les deux tendances déplorables de la critique aujourd'hui

Pourquoi vouloir tout comparer et classer, comme si les critères de jugement étaient systématiquement identiques d'une œuvre à l'autre?

«L’Adieu à la nuit» chevauche au bord du gouffre

«L’Adieu à la nuit» chevauche au bord du gouffre

Grâce aux ressources de la fiction, le nouveau film d'André Téchiné fait du combat d'une femme pour empêcher son petit-fils de partir en Syrie une vertigineuse aventure intérieure.

Newsletters