Les internautes qui regardent des photos volées de célébrités dénudées valent-ils mieux que la NSA?

Jennifer Lawrence. REUTERS/Eric Thayer.

Jennifer Lawrence. REUTERS/Eric Thayer.

Des photos et vidéo volées, dont certaines dénudées, de plus d’une centaine de célébrités dont, cite le Guardian, Jennifer Lawrence, Avril Lavigne, Kim Kardashian, Rihanna, Kirsten Dunst, Aubrey Plaza et Winona Ryder, ont fuité en ligne, dimanche 31 août. À l’origine de la fuite se trouverait un hacker qui aurait profité d’une faille dans le stockage sur le cloud des photos en question et posté le fruit de ses découvertes sur le forum 4chan, avant que ses posts ne soient supprimés. Plusieurs célébrités ont confirmé l’authenticité des clichés en dénonçant une violation de leur vie privée.

L'affaire a aussi déclenché, dans les médias américains et les réseaux sociaux, un débat autour d'une question intéressante et provocatrice qu'on pourrait résumer ainsi: les internautes qui regardent ces photos valent-ils mieux que la NSA, dont les pratiques ont été largement dénoncées depuis un an par Edward Snowden? Sur un ton énervé, Gizmodo estime que ce n'est pas le cas:

«Prenons tous une seconde pour réfléchir à la façon dont vous vous positionnez sur quelques enjeux. […] S’il vous est déjà arrivé de formuler des objections au fait de voir votre vie privée violée par des politiques brutales comme la collecte des métadonnées ou la surveillance de masse, […] vous devriez probablement ne pas jeter un œil à ces photos au risque d’être un bel hypocrite. […] Si vous lisez ceci et allez ensuite regarder des photos volées de célébrités dénudées, vous devez promettre à l’Internet que vous ne vous plaindrez plus jamais de la rétention de données, de la surveillance de masse de la NSA ou de toute cette merde.»

Le journaliste Charles Clymer a également pointé sur Twitter l’hypocrisie d'une bonne partie du public face à cette question:

«J’adore tous ces types qui tempêtent contre l’invasion de la vie privée par la NSA, le tout en faisant circuler sans son consentement des photos dénudées de Jennifer Lawrence.»

Vous pensez cette affaire n’a rien à voir avec Snowden et la NSA? Relisez l’interview accordée par le lanceur d’alerte au Guardian il y a six semaines:

«Lors de leur travail quotidien, ils [les employés de l'agence, ndlr] vont tomber sur quelque chose qui n’a aucun rapport avec leur mission, par exemple une photo intime, dénudée, de quelqu’un d’extrêmement séduisant dans une situation sexuellement compromettante. Qu’est-ce qu’ils font? Ils pivotent sur leur chaise et la montrent à un collègue. Et ce collègue dit: "Oh, c’est génial. Envoie-là à Bill par là-bas." Et après Bill l’envoie à George, qui l’envoie à Tom et, tôt ou tard, l’ensemble de la vie de cette personne a été vue par ces gens.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites et vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt. > Paramétrer > J'accepte