Tech & internet

Ces scientifiques veulent dresser une carte sonore de la Terre

Temps de lecture : 2 min

 «one ear goes up» par harlequeen  | FlickR licence cc by

Des chants d'oiseaux aux «vibrations du continent au moment d'être frappé par les vagues de l'Atlantique et du Pacifique». Une étrange expérience est à découvrir, et à écouter, du côté de The Verge: l'aventure de chercheurs rêvant d'enregistrer «tous les sons de la Terre», pour reprendre l'expression de Bryan Pijanowski.

Ce dernier se décrit comme un «écologiste sonore», qui, au lieu de suivre les variations de son d'une seule espèce, par exemple de sgrenouilles, va privilégier l'écoute de l'environnement global, explique The Verge, «des appels des grenouilles au trafic des voitures en passant par la foudre.»

Si la discipline défendue par Bryan Pijanowski est encore balbutiante, elle croit dur comme fer que «l'écoute de ces patterns peut dire des choses importantes sur l'état du monde naturel.» Indiquer par exemple l'arrivée d'une pollution, ou d'une espèce invasive.

The Verge explique que pour parvenir à ses fins, Bryan Pijanowski a déposé des micros aux quatre coins du monde: «Costa Rica, Borneo, Tippecanoe, le désert de Sonora, Alabama, les Chiricahuas ravagés par le feu, et les parcs du centre-ville de Chicago»

Capture d'écran du Global Soundscape project

En avril dernier, ce même chercheur a tenté de collecter le maximum d'ambiances sonores possibles, reflètant la vie de la Terre à différents endroits de la planète. Pour ce faire, une application mobile avait été developée, comme l'explicait alors Wired, afin d'alimenter le projet Global Soundscape project, où il est déjà possible de visualiser, et bien sûr d'écouter, les sons de différentes régions du monde.

Une fois toutes ces ambiances récoltées, reste néanmoins la question de leur traitement: «il est impossible que quelqu'un puisse écouter tous ces sons, écrit The Verge, les algorithmes doivent donc trouver un moyen de s'en tirer.»

Slate.fr

Newsletters

Vous pensez ne pas pouvoir vous passer de Facebook? En fait, c’est Facebook qui ne peut se passer de vous

Vous pensez ne pas pouvoir vous passer de Facebook? En fait, c’est Facebook qui ne peut se passer de vous

J’ai délaissé Facebook dix jours. Dix jours durant lesquels le réseau social a eu très peur que je l’oublie.

L'«orbiting» peut vous faire aussi mal que le «ghosting»

L'«orbiting» peut vous faire aussi mal que le «ghosting»

Quelqu'un disparaît de votre vie, vous ignore, mais apparaît toujours dans votre vie numérique.

Les YouTubeurs chicha derrière l'écran de fumée

Les YouTubeurs chicha derrière l'écran de fumée

Business, expertise, partages... La communauté des fanas du narguilé fonctionne-t-elle comme les autres?

Newsletters