Monde

Les électeurs ukrainiens vont voter en fonction du programme des candidats, pas de leur langue

Temps de lecture : 2 min

Un électrice lors des élections présidentielles ukrainiennes à Kosmach dans l'ouest de l'Ukraine le 25 mai 2014, REUTERS/Kacper Pempel
Un électrice lors des élections présidentielles ukrainiennes à Kosmach dans l'ouest de l'Ukraine le 25 mai 2014, REUTERS/Kacper Pempel

Depuis le début du conflit dans l'est de l'Ukraine, beaucoup de choses ont été écrites sur les clivages ethniques et culturels de la population. Mais ce ne sont pas les seuls facteurs qui vont influencer la manière dont les Ukrainiens vont voter lors des élections parlementaires cruciales prévues pour le 26 octobre.

Dans une récente étude, Timothy Frye, professeur en sciences politique de la prestigieuse université de Columbia aux Etats-Unis, a montré que si l'appartenance ethnique et la langue des électeurs influencent le vote hypothétique des Ukrainiens, l'appartenance ethnique et la langue du candidat étaient beaucoup moins importants. Il écrit dans un article publié sur le blog Monkey Cage du Washington Post à propos des ses travaux, pour lesquels il a interrogé 1.000 habitants de l'Ukraine:

«Les électeurs russes et ukrainiens n'étaient pas beaucoup influencés par le fait qu'un candidat était Russe ou Ukrainien ou que sa langue maternelle était le russe ou l'ukrainien. Le fait qu'il soutenait une orientation de la politique économique vers l'Europe ou la Russie était beaucoup plus important.»

Et de conclure:

«Que l'orientation politique au sens large soit si importante donne bon espoir que les élections parlementaires de l'automne ne soient pas qu'un simple recensement ethnique ou linguistique.»

Slate.fr

Newsletters

Au Brésil, les cathos de gauche perdent la main face aux évangéliques pro-Bolsonaro

Au Brésil, les cathos de gauche perdent la main face aux évangéliques pro-Bolsonaro

Le célèbre frère dominicain Frei Betto, qui a contribué à la création du Parti des travailleurs de Lula, regarde, sidéré, le Brésil «basculer dans la dictature».

Le cannabis est légal au Canada, et ça ne fait même pas peur aux dealers

Le cannabis est légal au Canada, et ça ne fait même pas peur aux dealers

L'un des buts avoués de la légalisation est de couper l'herbe sous le pied du marché noir. Mais la tâche s'annonce plus compliquée qu'on pourrait le croire.

L’organisation État islamique a perdu son territoire, mais prépare déjà son retour en force

L’organisation État islamique a perdu son territoire, mais prépare déjà son retour en force

Malgré ses revers militaires, l'EI est parvenu à trouver de nouvelles sources de revenus, et l'Occident refuse de voir la réalité en face.

Newsletters