Sciences

Le mystère des pierres mouvantes de la vallée de la mort a été résolu

Temps de lecture : 2 min

Il s'agit d'un phénomène provoqué par la glace, la température et le vent.

La vallée de la Mort en juin 2007 (Jon Sullivan).
La vallée de la Mort en juin 2007 (Jon Sullivan).

Depuis la fin du XXe siècle, un curieux phénomène se produit dans l'ancien lit d'un lac de la vallée de la Mort. Des pierres (certaines faisant plus de 300 kg) se déplacent mystérieusement dans le «Racetrack Playa» en laissant derrière elles une trace dans le sable. Personne ne les avait encore vu bouger.

Selon PetaPixel, une installation en time lapse aurait permis à deux scientifiques, Richard et Jim Norris (respectivement océanographe et ingénieur), d'enfin percer le secret.

«La science, c'est parfois de la chance, raconte Richard Norris dans un écrit. Nous nous attendions à patienter cinq ou dix ans sans que rien ne bouge, mais seulement deux ans après le début du projet, il est arrivé que nous soyons là au bon moment pour le voir [le phénomène] en personne.»

Les pierres ne seraient pas poussées uniquement par le vent, comme des scientifiques l'ont d'abord pensé: il s'agit en fait d'un phénomène appellé «poussée de glace». PetaPixel explique:

«Des objets peuvent se déplacer sur une surface quand le vent et les changements de température provoquent des calottes glacières temporaires capables de bouger de gros objets.»

Pour cela, il faut que l'eau présente dans le lit atteigne un niveau suffisamment profond sans pour autant recouvrir les pierres. Lorsque la nuit, les températures baissent assez pour que l'eau gèle légérement, la base des pierres se retrouve entourée par une sorte de «vitre» de glace. Le lendemain, lorsque les températures remontent, la glace se divise en plaques qui, quand le vent se met à souffler, font glisser les pierres par à-coups.

Dans la vidéo suivante, Richard Norris explique en détails ses arguments.

Newsletters

Ouvrir une bouteille d'eau libère des milliers de microparticules de plastique

Ouvrir une bouteille d'eau libère des milliers de microparticules de plastique

Les microplastiques sont partout, et c'est une mauvaise nouvelle.

Le Covid-19, bon pour le climat? Rien n'est moins sûr

Le Covid-19, bon pour le climat? Rien n'est moins sûr

Ne nous réjouissons pas trop vite: la baisse des émissions de gaz à effet de serre due au ralentissement mondial issu de la pandémie n'augure pas nécessairement d'un monde plus vert.

Covid-19: le gouvernement a négligé notre manière d'agir (et de penser)

Covid-19: le gouvernement a négligé notre manière d'agir (et de penser)

Avant de stigmatiser les personnes qui ne respectent pas le confinement, il faut se demander pourquoi on n'arrive pas à les motiver et comment on pourrait être plus à même de les toucher.

Newsletters