Parents & enfants

Pourquoi les enfants britanniques sont plus malheureux que les autres

Repéré par Nadia Daam, mis à jour le 29.08.2014 à 8 h 38

Repéré sur The Children Society, The Huffington Post

Une étude révèle que les enfants anglais sont plus malheureux que dans la plupart des pays développés. En cause, une attention portée à l'apparence physique démesurée et un environnement familial durement frappé par la crise.

À Halifax, dans le nord de l'Angleterre, en janvier 2013. REUTERS/Phil Noble.

À Halifax, dans le nord de l'Angleterre, en janvier 2013. REUTERS/Phil Noble.

Chaque année, The Children Society, une organisation britannique de protection de l'enfance, publie un rapport sur le bien-être des enfants du pays. Le rapport 2014, qui vient d'être rendu public, pourrait bien inquiéter la société anglaise tout entière. Et pour cause, il révèle que les enfants anglais se disent plus malheureux que les enfants interrogés en Roumanie ou au Brésil.

L'étude a été menée auprès de 16.000 enfants âgés de 10 à 13 ans, et vivant dans 11 pays développés (Angleterre, Roumanie, Espagne, Brésil, Etats-Unis, Algérie, Afrique du Sud, Chili, Corée du Sud et Ouganda). Et même si 90% des petits Anglais affirment avoir un niveau de bien-être relativement bon, l'Angleterre ne se classe que neuvième sur le baromètre du bonheur ressenti par les enfants (seuls les enfants de Corée du Sud et d'Ouganda se disent plus malheureux).

Les petits Anglais interrogés ont en effet répondu de manière négative à plusieurs questions et notamment à celles liées au rapport au corps et à l'estime de soi: un enfant sur 8 se dit mécontent de son apparence. Seul les petits Coréens ont une vision plus sévère de leur physique.

L'un des enfants interrogé confie que dans son pays, la popularité «est très importante. Tu dois être beau, riche, mince, malin. Sinon, tu te fais harceler». Une fille de 12 ans raconte elle que «les garçons veulent que les filles aient toutes un thig gap, mais même en étant mince, on n'en a pas forcément un. C'est très dur».

Le rapport pointe en effet le fait que la représentation que les enfants se font de leur apparence physique constitue l'un des principaux freins au bien-être. Selon une spécialiste des troubles alimentaires interrogée par le Huffington Post, «les conclusions de ce rapport sont le triste reflet de la vie des enfants aujourd'hui. On le sait, dans le pays, les enfants sont bombardés d'images qui glorifient le physique. La fascination pour les célébrités, le corps, l'apparence a augmenté la pression qu'ils subissaient déjà à un âge où leurs corps changent».

Mais l'obsession du corps parfait n'est pas la seule préoccupation des enfants anglais. Le rapport souligne en effet un lien drect entre la crise économique et leur sentiment de mal-être. Environ un tiers des enfants interrogés ont déclaré que leur famille avait été «assez» ou «très» durement frappée par la crise. Parmi ces enfants, ceux qui se considérent comme pauvres sont deux fois plus susceptibles de dire qu'ils sont malheureux et presque trois fois plus susceptibles de dire qu'ils sont peu satisfaits de leur vie.

Pour l'un des auteurs du rapport, il est important que cette enquête ne soit pas perçue comme portant sur «des enfants grincheux»:

«Les enfants qui déclarent se sentir plutôt mal sont susceptibles de rencontrer des problèmes réels a l'école, dans leur famille ou en termes de santé. [...] Ils nous disent leur avenir et la manière dont ils se voient ne les rend pas heureux [...]. Il est crucial que nous tous (législateurs, parents, professeurs) écoutions attentivement ce qu'ils sont en train de nous dire.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte