Culture

Grâce à «Louie», un Emmy pour un épisode de série qui traite un sujet difficile: la vie sentimentale des filles grosses

Temps de lecture : 2 min

La série Louie a été récompensée aux Emmy Awards pour un épisode qui traite avec honnêteté d’un sujet difficile: la vie sentimentale des filles grosses.

Dans l’épisode 3 de la saison 4, «So Did The Fat Lady» –pour lequel Louis C.K. vient de recevoir le prix du meilleur scénario de comédie–, Vanessa est une serveuse enrobée qui tente de draguer Louie dans le club de stand-up où il travaille. Elle a beaucoup d’humour et de charme mais Louie refuse plusieurs fois ses avances, alors que dans les épisodes précédents, il a tenté de draguer à peu près toutes les autres serveuses, qui sont beaucoup plus minces.

Finalement, il se sent coupable et accepte de voir Vanessa pour une promenade «entre amis». Au détour d’une phrase, il se plaint d’avoir du mal à trouver une copine, et là Vanessa rétorque: «Essaye donc de trouver un mec à New York quand tu as passé 35 ans et que tu es grosse.»

Comme c’est à peu près toujours le cas quand le mot «grosse» est lâché, Louie lui répond immédiatement que non, elle n’est pas grosse. C’est alors que Vanessa se déchaîne:

«Oh non, c’est vraiment décevant... Tu sais quelle est la pire chose qu’on puisse dire à une fille grosse? "Tu n’es pas grosse"… Et en plus, je n’ai même pas le droit de me plaindre parce que ça met les gens mal à l’aise. Toi, dans ton stand-up, tu peux dire que tu ne trouves pas de nana parce que tu es un peu gros. C’est mignon. Si c’est moi qui le dit, les gens ont peur que je me suicide.»

Au moment de sa diffusion en mai dernier, cet épisode avait déjà été très bien reçu. La journaliste de Jezebel.com Madeleine Davies avait décrété que la tirade de Vanessa (qui dure environ sept minutes) était absolument magnifique:

«Contrairement à ce qu’on pourrait croire, elle ne se lamente pas sur son sort. Elle ne déteste pas être grosse, elle déteste juste ce que cela signifie pour les autres.»

En France, une journaliste de Madmoizelle.com avait aussi beaucoup apprécié la réflexion sur l’utilisation du mot gros:

«Dire à un-e gros-se "Mais non, tu n’es pas gros-se voyons", c’est problématique. Déjà parce que ça confirme le fait qu’être en surpoids, c’est mal; or, quand je dis "Je suis grosse", je ne me dévalorise pas, je ne me plains pas. C’est comme dire "J’ai les cheveux courts" ou "Je suis petite": c’est un fait.»

Au cours de leur promenade, Vanessa demande ensuite à Louie si il a déjà été avec une femme grosse. Il répond que oui, et elle rétorque d’emblée:

«Non, je ne te demande pas si tu as déjà baisé une grosse… Ça oui, tous les mecs l’ont fait… Je demande si tu as déjà eu une copine qui était grosse. Est-ce que tu as déjà embrassé une grosse? Est-ce que tu as déjà marché main dans la main avec une grosse en plein jour dans la rue?»

Louie est très mal à l’aise, et au bout du compte, il finit par prendre la main de Vanessa.

Slate.fr

Newsletters

Chanel et la danse

Chanel et la danse

La maison a noué à plusieurs reprises des liens avec la danse. Cette année, Chanel a été mécène pour le gala d’ouverture de la saison de l’Opéra de Paris et accompagne l’événement avec des podcasts. Conversations avec Aurélie Dupont, Diana Vishneva, Kate Moran et Ohad Naharin.

«The House That Jack Built», diabolique comédie

«The House That Jack Built», diabolique comédie

Le nouveau film de Lars von Trier est une fable horrifique qui, aux côtés d'un tueur en série aussi ingénieux que cinglé, interroge la place de la violence dans la vie et dans les arts.

«Ce qui m'a frappée, c'est la grandeur des lieux destinés à loger des préfets seuls»

«Ce qui m'a frappée, c'est la grandeur des lieux destinés à loger des préfets seuls»

«Le territoire de la Drac Basse-Normandie est à l'origine de la commande, raconte la photographe Céline Clanet. Le but de la mission était de réaliser une série photographique sur les logements de fonction des trois préfets de Basse...

Newsletters