Santé

Le cannabis à usage médical permet d'éviter les overdoses aux antidouleurs

Temps de lecture : 2 min

Un pot de cannabis à usage thérapeutique. REUTERS/David McNew.
Un pot de cannabis à usage thérapeutique. REUTERS/David McNew.

La légalisation du cannabis thérapeutique est une très bonne façon de lutter contre les overdoses aux antidouleurs.

Dans treize Etats américains qui ont légalisé le cannabis médical, le nombre de patients qui meurent d’overdoses de médicaments antidouleur est 25% moins élevé que dans les Etats où on ne peut pas se procurer de cannabis légalement, selon une étude publiée dans la revue JAMA Internal Medicine.

Dans leur article, les chercheurs de l’University of Pennsylvania n’examinent pas les causes de cette baisse, mais d’autres études précédentes donnent des indices intéressants.

En 2011, un professeur de l’University of California de San Francisco avait trouvé que les ingrédients psychoactifs du cannabis renforcent les effets antidouleur des opiacés. Après avoir pris une certaine dose d’opiacés, les patients étudiés avaient inhalé du cannabis dans un vaporisateur pendant plusieurs jours sans reprendre de médicaments, et tous avaient indiqué une diminution de leur douleur. «Cette étude préliminaire semble montrer que certains patients pourraient prendre des doses plus modérées d’opiacés s’ils prennent du cannabis en même temps», avait conclu le professeur Donald Abrams.

Il est actuellement possible de se faire prescrire du cannabis légalement dans 23 Etats américains et la majorité des utilisations de cannabis thérapeutique sont liées à des problèmes de douleur chronique.

Slate.fr

Newsletters

Pour une partie d'entre nous, l'arrivée de l'été est synonyme de déprime

Pour une partie d'entre nous, l'arrivée de l'été est synonyme de déprime

La dépression saisonnière ne se manifeste pas qu’en hiver: il n’est pas si paradoxal de broyer du noir à l’approche de la saison estivale.

Les femmes absentes des études sur les maladies les plus dangereuses pour elles

Les femmes absentes des études sur les maladies les plus dangereuses pour elles

Elles manquent toujours à l'appel dans la recherche cardiovasculaire, par exemple.

«Je jalouse un peu mes amies qui jouissent sans problème en cinq minutes chrono»

«Je jalouse un peu mes amies qui jouissent sans problème en cinq minutes chrono»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Sandra, une trentenaire qui arrive à jouir seule, mais pas avec ses partenaires.

Newsletters