L'Etat islamique est une start-up qui cartonne. Voici ses résultats en chiffres

Capture d'écran du magazine en ligne Matter

Capture d'écran du magazine en ligne Matter

L'Etat islamique, ce groupe djihadiste qui s'est autoproclamé califat et applique sa version brutale et sanguinaire de la loi islamique dans le grand territoire à cheval entre la Syrie et l'Irak qu'il contrôle désormais, est différent des autres groupes terroristes armés de la planète.

Aucune autre organisation du même type ne contrôle à l'heure actuelle un territoire aussi vaste, n'a autant d'argent, n'est aussi active et habile dans ses campagnes de recrutement et de communication à travers le monde et n'administre les habitants des zones qu'elle contrôle avec autant de sérieux.

A tel point que le magazine Matter compare l'Etat islamique à une start-up à la «croissance explosive, disruptive et super-méchante» (l'organisation publie d'ailleurs un rapport d'activité annuel de plusieurs centaines de pages, comme n'importe quelle entreprise), dont elle a réuni les chiffres clés dans une infographie très instructive.

D'abord, l'argent. L'Etat islamique est le groupe terroriste le plus riche du monde, et de loin, avec une trésorerie qui a atteint 2 milliards de dollars grâce à ses victoires militaires de ces derniers mois, contre autour de 500 millions pour les Talibans ou le Hezbollah ou encore 350 millions pour les FARC.

Capture d'écran du magazine en ligne Matter

Une grande partie de cet argent provient des puits de pétroles que contrôlent le groupe, comme le montre ce camembert des sources de revenu.

Si l'Etat islamique était un pays, sa population serait de 6 millions d'habitants, comme le Nicaragua, et sa superficie (qui évolue de jour en jour) serait d'environ 90.000 km² sur un territoire compris dans un triangle entre les villes de Racca en Syrie et de Mossoul et Falloujah en Irak, soit l'équivalent du Portugal.

Ce graphique montre l'évolution du nombre de combattants du groupe, qui s'appelait encore récemment l'Etat islamique en Irak et au Levant, qui est passé d'à peine 1.000 en 2012 à 80.000 aujourd'hui. Une courbe à faire pâlir n'importe quelle start-up de la Silicon Valley:

Capture d'écran du magazine en ligne Matter

Un recrutement qui s'est parfois effectué de force, mais qui a aussi et surtout bénéficié des talents de l'organisation en termes de communication: au total, les soutiens de l'Etat islamique peuvent tweeter jusqu'à 40.000 messages par jour, tandis que des t-shirts et autres magazine à sa gloire sont vendus dans le monde entier. 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites et vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt. > Paramétrer > J'accepte