Economie

Twitter peut-il être un bon indicateur du taux de chômage ?

Repéré par Julien Jégo, mis à jour le 25.08.2014 à 15 h 46

Repéré sur LSA University of Michigan, Washington Post, EconPrediction

Des mannequins portent des pancartes "Embauchez-moi" dans les rues de Toronto le 23 mai 2014 | REUTERS / Mark Blinch

Des mannequins portent des pancartes "Embauchez-moi" dans les rues de Toronto le 23 mai 2014 | REUTERS / Mark Blinch

En France, les chiffres du chômage sont une institution. Chaque mois, les économistes attendent fébrilement les résultats publiés par Pôle Emploi. Mais aux Etats-Unis, ces chiffres sont plus aléatoires.

Un bureau est chargé de mesurer le taux de chômage dans l'ensemble du pays. Durant quatre mois, 60.000 foyers sont interrogés puis huit mois plus tard, ces foyers sont interrogés une seconde fois pour analyser leur changement de situation. Ces résultats sont ensuite extrapolés à l'ensemble de la population. Une autre mesure est également faite d'après les résultats des assurances chômages.

Une équipe de chercheurs en économie de l'Université du Michigan a voulu trouver un outil de mesure plus réactif et plus représentatif. Et ils ont jeté leur dévolu sur Twitter. Le réseau social qui compte plus de 40 millions d'utilisateurs aux Etats-Unis serait selon eux un bon indicateur pour mesurer le taux de chômage américain.

L'étude, rapportée sur le blog de l'Université du Michigan, s'appuie sur 20 milliards de tweets envoyés entre juillet 2011 et novembre 2013. La principale difficulté des chercheurs a été de définir un corpus de mots fiables qui permet d'automatiser la recherche de tweets concernant la perte d'un emploi. Mais ils ont aussi dû retirer de leur liste tous les tweets n'ayant pas de rapport avec une expérience personnelle ou ceux qui commentaient directement les chiffres officiels.

Corpus de mots utilisé pour les mesures | Capture d'écran de l'étude

Les résultats à priori concluants ont abouti au développement d'un outil qui permet de mesurer en temps réel le taux de chômage américain. Les chiffres qui en découlent sont différents de ceux donnés par les institutions américaines, même si la tendance est la même. Depuis avril, les courbes semblent toutefois s'espacer plus qu'à l'accoutumée.

Différences des courbes entre statistiques officielles (en bleu) et prédictions (en rouge).

Pour autant, tous ces chiffres sont à prendre avec des pincettes. Comme nous l'avons vu, aucune mesure statistique du taux de chômage aux Etats-Unis n'est vraiment fiable à 100%. Ce nouvel outil proposé par cette équipe de chercheurs cherche d'ailleurs simplement à apporter de nouveaux éléments aux experts pour établir des mesures plus précises. Comme ils l'expliquent en conclusion de leur étude, leurs chiffres doivent toujours être mis en perspective, d'autant plus qu'ils reposent sur une base d'utilisateurs variable:

«Nous ne suggérons, en aucun cas, que les réseaux sociaux peuvent supplanter les statistiques officielles. Elles fournissent aujourd'hui des repères qui sont essentiels même pour les meilleures mesures faites grâce aux réseaux sociaux. Dans la pratique, l'évolution rapide de l'usage de ces réseaux pourrait même faire de la relation entre la mesure et l’élément mesuré une donnée instable.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte