Science & santé

Finalement, les robots ne vont pas vous piquer votre emploi

Repéré par Mathieu Dejean, mis à jour le 06.04.2015 à 15 h 16

Repéré sur The Upshot

The FREE HUGS robot says "I am here for you" / Ben Husmann via Flickr licence by

The FREE HUGS robot says "I am here for you" / Ben Husmann via Flickr licence by

«Nous en savons plus que ce que nous pouvons exprimer». Ce paradoxe formulé par l’épistémologue hongrois Michael Polanyi explique pourquoi, selon l’économiste du MIT (Institut de Technologie du Massachusetts) David Autor, les robots ne vont pas nous voler nos emplois. Du moins pas tous.

Il s'inscrit ainsi en faux avec ses collègues du MIT Andrew McAfee et Erik Brynjolfsson, auteurs du livre Race Against The Machine, qui soutiennent que les travailleurs sont en train de perdre la course contre les automates.

Lors de la réunion annuelle des banquiers de la Federal Reserve à Jackson Hole (Wyoming) vendredi 22 août, ce spécialiste du marché du travail a expliqué au cours d'une conférence intitulée «Le paradoxe de Polanyi et la structure de la croissance de l’emploi» pourquoi il se situait dans le camp des optimistes dans le débat qui divise la communauté scientifique sur la potentielle menace que représentent les robots pour l’avenir de l’emploi, rapporte le blog The Upshot du New York Times. 

Selon lui, les intelligences artificielles  progressent dans le domaine des tâches répétitives, mais manquent encore cruellement de bon sens, et celui-ci ne peut pas leur être inculqué. Les machines dépendront donc toujours de leurs tuteurs humains, car elles ne maîtriseront jamais nos «savoirs tacites», selon l'expression de Michael Polanyi.

Cet avantage comparatif sur les machines protège certains de nos emplois contre la prise de pouvoir des automates. Comme l’explique David Autor dans son exposé:

«Les tâches qui ont été les plus fastidieuses à automatiser sont celles qui exigent de la flexibilité, du jugement et du bon sens – des compétences que nous ne comprenons que de manière tacite».

Dès lors, comment des ingénieurs pourraient-ils apprendre à un ordinateur ces choses que nous comprenons mais qu'il nous est impossible d'exprimer?

En août 2013, David Autor avait déjà publié une tribune sur les emplois qui ne tomberont pas dans l'escarcelle des robots, coécrite avec l’économiste David Dorn. Selon eux tous les métiers qui mêlent savoir-faire technique et adaptabilité humaine sont protégés, car les intelligences artificielles ne vont pas acquérir les compétences abstraites, relationnelles notamment, dont nous disposons.

Cette scène tirée du film de science-fiction Elysium (2013), dans laquelle le personnage interprété par Matt Damon est confronté à un agent administratif-robot peu conciliant, et qui ne comprend pas les nuances, illustre ce phénomène. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte