Boire & manger / Santé

Le petit-déjeuner n'est probablement pas le repas le plus important de la journée

Temps de lecture : 2 min

 «Breakfast» par Jonathan Lin | FlickR

C'est l'un de ces drôles de dogmes de notre société: le petit-déjeuner. Que vous soyez un inconditionnel du combo jus d'orange-café-tartines, ou que vous préfériez sauter ce repas là, vous avez certainement tous entendu, un jour, ce conseil:

«Le petit-déjeuner est le repas le plus important de la journée. Tu ne devrais pas le rater.»

Une affirmation qui pourrait pourtant très bien reposer... sur du vent. Le New York Times relayait ainsi il y a quelques jours deux récentes études tendant à prouver que l'absence de petit-déjeuner ne suscite aucun problème physique particulier. Contrairement à l'idée répandue selon laquelle ne pas manger le matin favoriserait l'obésité, phénomène que les nutritionnistes appellent le «PEBO», explique The Atlantic (pour «proposed effect of breakfast on obesity»).

La première, réalisée par des chercheurs de l'université d'Alabama, consistait à répartir 300 volontaires cherchant à perdre du poids en deux groupes: l'un prenant religieusement ses petits-déj', l'autre les sautant allégrement. Résultat: quatre mois plus tard, personne n'avait vraiment perdu de poids, et surtout, la sacro-sainte question du petit-déjeuner n'a eu aucune incidence sur l'expérience.

Même constat pour la seconde étude, poursuit le New York Times, durant laquelle le poids, le taux de cholestérol, ainsi que la glycémie d'une trentaine de participants mangeant ou non un petit-déjeuner ont été suivis pendant six semaines:

«La seule différence était que les personnes prenant un petit-déjeuner semblaient être plus actifs dans la matinée. [...]

Contrairement à la croyance populaire, les volontaires sautant le petit-déjeuner n'ont pas pris d'énormers déjeuners et diners -mais ils étaient plus mous le matin.»

D'où vient alors cette croyance? Difficile à dire, notait déjà Slate.com en 2013. Mais elle est tenace, alors même que de nombreuses études, comme le rappelle ici le New York Times, viennent contrebalancer les nombreuses autres analyses qui militent pour un bon petit-déjeuner. Peut-être est-ce d'ailleurs la profusion incroyable d'observations et d'expérimentations sur le sujet qui mène à sanctuariser le repas du matin, écrivait Slate.com en 2013.

Peut-être aussi ne faut-il pas exclure l'influence des groupes d'intérêt:

«Pourquoi vouloir faire à tout prix pencher la balance en faveur du petit déjeuner? Ces scientifiques sont-ils les sbires du lobby du muesli? Comme pour d'autres problématiques diététiques –est-ce que le soda light vous fait ou non grossir, est-ce que l'allaitement permet ou non à vos enfants de garder la ligne– difficile d'affranchir totalement la science de l'idéologie et des groupes d'intérêt.»

«Le monde est partagé entre ceux qui prennent le petit-déjeuner et ceux qui ne le prennent pas», résume David Katz dans The Atlantic, le directeur du Centre de prévention de l'université de Yale, qui se penche notamment sur les problématiques alimentaires. Et ce malgré l'existence de preuves solides sur l'incidence positive, ou néfaste, du petit-déjeuner.

La bonne nouvelle, c'est que cette absence de preuves mêlée à la force de cette croyance populaire incite les esprits scientifiques à se saisir du sujet. Le New York Times raconte ainsi comment la motivation de l'un des chercheurs ayant contribué à la seconde expérience était... le fait qu'il ne prenait pas de petit-déjeuner:

«C'était une partie de ma motivation pour conduire cette recherche, vu que tout le monde me disait d'arrêter et que j'aurais dû le savoir.»

Même constat pour le docteur Dhurandhar, qui elle, a participé à la première expérience, et qui contrairement à son confrère, et à son époux, est de la team petit-déj':

«Je suppose que je ne houspillerai plus mon mari à prendre un petit-déjeuner.»

Newsletters

Peut-on changer le goût de nos sécrétions sexuelles?

Peut-on changer le goût de nos sécrétions sexuelles?

Avaler des kilos d'ananas n'est peut-être pas la seule solution.

Deux adresses haut de gamme à ne pas rater dans les Bouches-du-Rhône

Deux adresses haut de gamme à ne pas rater dans les Bouches-du-Rhône

Direction les hôtels-restaurants Le Petit Nice à Marseille et Les Roches Blanches à Cassis.

Le confinement a révélé les différences de cultures de consommation de vin dans le monde

Le confinement a révélé les différences de cultures de consommation de vin dans le monde

Entre interdiction de boire, organisation de rituels et repli sur sa production nationale, tour d'horizon des pratiques lors de l'épidémie mondiale de Covid-19.

Newsletters